Aller au contenu
Découvrez de belles choses de Michael Jackson
angele003

[Film] The Wiz

Messages recommandés

The Wiz est un film musical américain de Sidney Lumet, sorti en 1978 et adapté de la comédie musicale homonyme, créée au Majestic Theatre de Broadway en 1975.

 

Dorothy (Diana Ross) est une institutrice new yorkaise de 24 ans, timide et réservée, qui se retrouve emportée par une tornade dans le pays d'Oz où elle devra apprendre à se connaître elle-même.

 

Michael y joue l'épouvantail. C'est d'ailleurs grâce au film qu'il rencontre Quincy Jones.

 

Nouvelle jaquette pour la sortie en DVD

Image IPB

Image IPB

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

You Can't Win est une chanson magnifique avec un Michael en grande forme vocale. Quelle énergie!

 

Oh oui, You can't win est superbe :wub:

 

J'aime bien cette adaptation du magicien d'Oz et Michael joue très bien dedans (je préfère sa version de l'épouvantail amplement à celle du film avec Judy Garland)

Par contre, Diana Ross dans le rôle de Dorothy.... :ph34r:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La nouvelle jaquette est scandaleuse, elle ne respecte pas l'oeuvre: l'acteur principal, ce n'est pas MJ.

 

T'as raison, mais Mike au premier plan... ça fait vendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par contre, Diana Ross dans le rôle de Dorothy.... :ph34r:

Oui, je suis du même avis sur Diana Ross dans ce film. En fait, globalement, j'ai toujours préféré le premier film ( avec Judy Garland ). Dans le second film, je n'aime pas vraiment grand chose, à part Michael.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La nouvelle jaquette est scandaleuse, elle ne respecte pas l'oeuvre: l'acteur principal, ce n'est pas MJ.

 

C'est comme Johnny sur toutes les affiches d'Alice in Wonderland...c'est pas fair play. ça m'énerve. ( :wub: )

 

Je me suis dit la même chose,c'est limite une publicité mensongère. Je préfère ma vieille jaquette.

Entre les 2 versions,je prefère The Wiz au Magicien d'Oz pour les raisons que MJ explique dans Moonwalk. Dans The Wiz,Dorothy raisonne seule sans que la fée lui apporte toutes les réponses. Et puis les chansons groove plus sur The Wiz. C'est pas le film du siècle mais ça se regarde rien que pour les chansons de Michael.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La nouvelle jaquette est scandaleuse, elle ne respecte pas l'oeuvre: l'acteur principal, ce n'est pas MJ.

 

+1

 

En même temps perso je la trouve sympathique cette jaquette, parce qu'ils ont gardé le style et les coloris kitch de l'époque, tout en faisant un rendu plus ou moins épuré malgré les coloris éclatants. On sent via la pochette que le film a du passif et ça reste donc fidèle ( En même temps c'est aussi les photos qui veulent ça )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le maquilleur de Michael Jackson se souvient de son expérience mémorable avec lui
sur le plateau et en coulisses de The Wiz




Image IPB




" Chaque matin, je commençais à maquiller Michael en appliquant sur sa volumineuse chevelure un bonnet en latex qui le rendait chauve. Ensuite, j'apposais sur son visage des morceaux de mousse et de latex: un front, deux joues, un nez (censé ressembler à un emballage de beurre de cacahuète), ainsi qu'un menton et un cou tombant, factices.
Une fois installés, ils devaient rester maintenus sur le visage de Michael toute la journée durant.

L'épouvantail étant un personnage sortant tout droit d'un cartoon, Michael était amené à faire de nombreuses expressions faciales franchement exagérées pour habiter son personnage. Ces grimaces étaient formidables, mais avaient tendance à décoller les morceaux de latex... et je devais régulièrement les recoller et refaire le maquillage appose dessus.
Pour enlever le maquillage en fin de journée, je me tenais derrière Michael, soulevais l'arrière de son bonnet de latex et le relevais par-dessus sa tête. Et tout le reste suivait en une seule fois.

Mais ensuite je restais volontairement à moitié caché derrière sa chaise pour qu'il ne voit pas mon reflet dans le miroir, récupérais le masque (qui donnait des frissons une fois enlevé), je le relevais lentement derrière sa tête et l'agitais brusquement en hurlant: «OOODLE-OOODLE-DOOODLE-DE-OOOOHHH!» Il riait comme un fou, comme si c'était la chose la plus drôle qu'il ait jamais vue. J'adorais vraiment son sens de l'humour très enfantin ; je ne pouvais rien dire ou faire d'idiot sans qu'il éclate de rire.
Pour finir, j'enlevais ce qui lui restait de maquillage, de colle ou d'adhésifs. Puis nous rentrions chacun de notre côté avant de nous retrouver le lendemain.

Un jour, alors que nous discutions, j'ai dit à Michael que quand j'étais un petit garçon, je voulais apprendre à maîtriser l'art du dessin, ce qui a été mon premier pas vers ma profession de maquilleur. Il a demandé à voir un dessin. J'ai pris un stylo et j'ai dessiné un croquis rapide de Frankenstein. Il l'a beaucoup apprécié.
Il m'a dit que lui et ses frères jouaient souvent à un jeu lorsqu'ils s'ennuyaient : l'un d'eux commençait à dessiner quelques lignes abstraites sur une feuille de papier, la donnait à un autre à qui il disait : « Maintenant, fais-moi un camion de pompier à partir de ça, ou un arbre, etc ». L'autre devait compléter le dessin dans un temps imparti.

Quand j'ai joué à ce petit jeu avec Michael, j'ai essayé de le piéger en dessinant quelques courbes en pensant qu'on ne pourrait jamais dessiner un chat avec ça. En tout cas, personnellement, je n'aurais jamais pu en faire un chat. Et Michael, en 30 secondes, m'a dessiné un chat. Mais pas le chat que j'aurais pu moi-même dessiner, c'est-à-dire debout sur ses 4 pattes, mais un mignon petit chat pelotonné en train de dormir.

Dans la foulée, il a réalisé plusieurs dessins, et je les ai gardés pour moi à sa demande. Un de ses dessins représentait le visage d'un homme. C'était un croquis très bien fait, frisant le style impressionniste.

Image IPB




Il existe un phénomène qui apparaît fréquemment quand un maquilleur et un comédien travaillent ensemble : l'intimité-éclair. Les maquilleurs et les coiffeurs sont un peu comme un psychologue ou un barman. Vous êtes dans la même pièce, très proches physiquement pendant plusieurs heures à la suite, parfois depuis plusieurs jours consécutifs. Alors que d'habitude les gens s'expriment souvent dans l'urgence et le stress, dans ces moments-là , les personnes passent facilement de la conversation légère à des sujets bien plus sérieux.

Et bien que Michael et moi nous ne travaillions ensemble que dans le but de réaliser un film, nous avons appris à très bien nous connaître mutuellement.

J'ai invité Michael à diner un soir. Nous devions être discrets, parce que si quelqu'un l'apprenait, et sa présence chez moi se propagerait comme une trainée de poudre. Nous étions en 1978 et à l'âge de 19 ans, Michael était déjà  mondialement connu. Il m'a rejoint dans l'appartement où je vis avec mon épouse à Bergenfield dans le New Jersey, accompagné de Spence, son garde du corps.

Nous avons mangé un poulet de Cornouailles (appellation française de la recette britannique «Cornish game hen») accompagnée de farine de volaille, sur la demande de Michael, qui m'a expliqué que les gens à Gary dans l'Indiana utilisaient cette farine comme assaisonnement de leurs plats.

Nous avons passé une excellente soirée. Comme je jouais un peu de guitare, je lui ai montré comment jouer certains accords de bases sur ma guitare acoustique. Il a toujours admiré les gens qui savaient jouer d'un instrument et a souvent fantasmé sur le fait de devenir guitariste dans un rockband.

A cette époque, le comédien Robert Klein avait fait une apparition sur Saturday Night Live : il est venu sur le plateau avec un harmonica, a donné le rythme aux autres musiciens en frappant avec ses pieds en criant « Lemme hear some blues ! ». Le groupe a alors entamé l'introduction de la chanson et Klein les a accompagné à l'harmonica, toujours en frappant des pieds en rebondissant de temps en temps sur sa jambe. Après les 16 premières mesures, il a arrêté de jouer de l'harmonica, mais toujours en battant de la jambe pour chanter: «I can't stop my leg little darlin'.. I can't stop my leg, little guurrl!»

Michael avait été très impressionné par cette prestation. Et quand j'ai commencé à jouer un morceau de blues à la guitare, Michael s'est mis à taper du pied en chantant «I can't stop my leg!»
Et à un moment donné, alors qu'il continuait à chanter, il s'est exclamé : « Maintenant, écoutez-moi tous!» A ce moment-là , j'ai cessé de jouer, parce qu'il partait vraiment dans un autre univers...




J'ai donc eu l'opportunité de connaître un peu le grand Michael Jackson. Il m'a dit un jour que chaque fois qu'il s'impliquait dans quelque chose – tourner un film, travailler un enregistrement, performer sur scène – ça devenait pour lui la chose la plus importante de sa vie. Et cela se voyait.
Peu importe ce qu'il faisait, son talent parlait pour lui.

Michael était une personne très spéciale, dont l'existence a été un mélange des extrêmes. Il aimait avoir un quotidien normal, et les choses simples. Mais il a également hérité de conditions de vie très particulières. Son talent, tempéré par une discipline à laquelle il s'est tenu toute sa vie, a conquis les cœurs d'innombrables admirateurs et a redessiné la musique à jamais. Il a été privé d'enfance : je pense qu'il a passé le restant de sa vie d'adulte à essayer de vivre cette enfance pour la première fois. C'était un grand enfant."

Source : makeupmag / traduction : Emily - MJACKSON.FR

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils ont changé le design de la pochette par rapport au DVD.

Je préfère celui du Blu-ray, plus fidèle à l'esprit du film (par là  que c'est Dorothy le personnage principal de l'histoire normalement)

 

Sinon, merci pour le témoignage (je l'avais déjà  lu mais je n'avais pas commenté)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour le témoignage du maquilleur et à Emily qui a traduit le texte :)

 

Moi non plus je n'ai jamais vu The Wiz donc s'il sort en Blu-ray cela sera l'occasion de le regarder ;)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La première jacket annoncée pour le Bluray était beaucoup plus jolie à mon gout, malgré que, effectivement, Michael en gros, au premier plan avec en capitales "MICHAEL JACKSON" c'était, non pas scandaleux, mais plutôt pas honnête et quelque peu hypocrite, elle est à mon sens beaucoup plus... "Magique", j'aurai aimé un mélange entre la première et la deuxième, le placement des personnages de la deuxième et l'arrière plan de la première... Bon, je dis ça, je dis rien !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LE PRODUCTEUR DE "THE WIZ" EVOQUE LA SENSIBILITE DE JACKSON




Le réalisateur Rob Cohen a rencontré Michael Jackson à New York en 1978 lors de la production de "The Wiz", une version Noire-Américaine de la production de Broadway "The Wizard of Oz" avec Diana Ross dans le rôle principal.

C'était un homme tellement sensible que lorsqu'on allait diner - il était végétarien - il demandait pardon à chaque légume avant de le manger. Il commandait des légumes cuits à la vapeur et disait littéralement: "Je suis désolé Monsieur carotte" et " Je suis désolé Monsieur brocoli". Il avait tellement de compassion envers autrui et envers toutes les créatures vivantes -- C'est vraiment ce dont je me souviens le plus à propos de Michael, ça m'a même plus marqué que sa danse et sa musique. Lorsqu'on parle à Michael, on sent vraiment qu'il ressent nos sentiments.

Je me rappelle de la nuit où on enregistrait "Ease On Down The Road" et Quincy [Jones] était présent au studio pour arranger les morceaux. Michael était là  avec Diana, et Diana chantait sa partie quand on invita Michael à faire de même. C'est alors que Michael fit un riff de "Ease on Down The Road" avec sa douce voix angélique, et je vis les yeux de Quincy étincelés. Je n'oublierai jamais ce moment. C'est comme si je regardais un léopard qui observait une chèvre. Quincy s'exclama "QUOI ?" et c'est à partir de ce moment là  que les deux entrèrent en osmose et juste après, on a eu droit à "Off The Wall" puis "Thriller". Tout a commencé à partir de ce moment précis.

Il adorait New York City. Nous lui avions pris, à lui et à Latoya, un appartement au Central Park West et des fois je passais pour le prendre ou le déposer chez lui et je remarquais toujours des tonnes de caisses de bouteilles de Perrier.

Je lui ai alors demandé "Michael, c'est quoi toutes ces bouteilles de Perrier?" Il a alors répondu " J'aime prendre un bain avec. J'aime les bulles". Plusieurs week-ends, je l'ai fais venir avec moi au Studio 54 et nous étions toujours accompagnés par un groupe de top models. Il se mettait toujours à danser et il enflammait la salle. Il avait déjà  ces pas de danse, vous savez? Il ne les a pas juste inventés pour ses clips. Il y allait molo à l'époque mais il faisait déjà  les pirouettes et le moonwalk, un peu de Fosse, un peu d'Astaire.

Il ne se rendais pas compte de l'effet qu'il avait sur la foule. Lorsque nous rejoignions la limousine pour rentrer à la fin de la soirée, je lui dis " Tu sais Michael, tu pourrais rentrer avec cette fille ou ramener chez toi cette autre fille. Pourquoi est ce que tu ne prends pas une de ces filles avec toi ?" et il me disait " C'est vrai ? Tu crois vraiment que je leur plait ?"



Source : NYPost / Traduction : Sarra - MJACKSON.FR

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il demandait pardon à chaque légume avant de le manger. Il commandait des légumes cuits à la vapeur et disait littéralement: "Je suis désolé Monsieur carotte" et " Je suis désolé Monsieur brocoli".

 

Je lui ai alors demandé "Michael, c'est quoi toutes ces bouteilles de Perrier?" Il a alors répondu " J'aime prendre un bain avec. J'aime les bulles".

 

:mellow::lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...