Aller au contenu
Découvrez de belles choses de Michael Jackson

Messages recommandés

Interview de Frank Cascio



Image IPB






Fraichement arrivé de New York, Frank Cascio s'est installé dans un discret hôtel du 6ème arrondissement à Paris pour le lancement de son livre « Mon ami Michael ». Sorti en France le 07 juin aux éditions Michel Lafon, ce témoignage propose de découvrir le monde de Michael Jackson sous un jour inédit : Frank Cascio faisait partie des proches du Roi de la Pop et l'a côtoyé pendant un quart de siècle. Plus récemment, son nom de famille a été entaché par la polémique concernant 3 chansons publiées sur le CD posthume MICHAEL. Il était grand temps de se retrouver pour aborder cette question mais aussi les autres nombreux moments que les deux hommes ont pu partager... En attendant notre podcast exclusif, voici quelques passages de l'interview.



MJJNews.fr : Tu as fait partie des personnes qui ont vu Michael évoluer pendant de longues années...
Frank Cascio : J'ai rencontré Michael à l'âge de 4 ans. Pendant 25 ans, j'ai occupé différents postes à ses côtés. Il était comme un père et frère pour moi. Il était tout, mon professeur, mon mentor, un membre de ma famille. Pendant 25 ans, peu importe ce que je pouvais faire pour lui, j'étais prêt à le faire. J'ai été son assistant, sa nourrice pendant un temps, son manager... Tout ce dont Michael avait besoin, j'essayais de le faire pour lui.



MJJNews.fr : Qu'est-ce qui t'a motivé à écrire ce livre ?
Frank Cascio : Je n'avais jamais songé écrire un livre avant. Mais j'ai vu des gens qui se sont auto-proclamés « amis de Michael » et qui ont écrit des livres pour faire de l'argent sur lui, profiter de sa renommée. Lorsque Michael est décédé, c'était un moment particulier pour moi, j'étais perdu, triste, je ne savais plus où j'allais. Son décès m'a beaucoup affecté. J'étais en Allemagne et j'ai commencé à écrire, sans cesse. J'ai couché beaucoup de nos histoires sur papier. C'était comme une thérapie pour moi. Juste après son décès, des gens m'ont appelé pour m'offrir des sommes extravagantes pour écrire un livre. Je leur disais « Vous blaguez ou quoi ? Il était comme un père pour moi. Vous voulez que j'écrive un livre ? » Je me suis senti insulté. Je suis heureux d'avoir été élevé dans une famille où la morale et le respect sont importants. Puis j'ai réglé certains problèmes et je me sentais mieux mentalement. Les fans à travers le monde n'ont cessé de me poser des questions au sujet de Michael. Et je voyais ces autres personnes se proclamer « experts en Michael Jackson » ou « meilleurs amis de Michael Jackson » et défiler sur le plateau de Larry King. Ils disaient connaitre l'homme sans l'avoir rencontré. Mon but est de protéger l'héritage de Michael Jackson et je voulais écrire un livre qui permettrait de raconter qui était le Michael que j'ai fréquenté pendant 25 ans. Je voulais présenter au monde Michael Jackson l'être humain, mon ami, celui que j ai connu dans l'intimité. Pour le monde il était le Roi de la Pop. A mes yeux il était Michael, mon ami. (...) Dans la vie je ne crois pas aux coïncidences, je crois que les événements ont un sens. Il y a toujours une raison. Ce n'est pas un hasard si pendant 25 ans nous avons eu cette relation, qui s'est construite avec le temps. Il y a eu des gens qui ont été proches de Michael et qui ont disparu. Ma famille a eu la chance de faire partie de sa vie et d'être là  pour lui pendant 25 ans. Il a ainsi pu être heureux et avoir accès à une certaine normalité. Nous le traitions comme un être humain, pas comme Michael Jackson la Pop star.



MJJNews.fr : Michael a déclaré à plusieurs reprises ne plus vouloir effectuer de tournée. Pour Invincible il souhaitait s'impliquer différemment, notamment à travers des événements comme la séance de dédicaces au Virgin Store à New York (c'était une première dans sa carrière solo). Tu étais à ses côtés à cette époque : peux-tu nous en dire plus sur cette campagne qui finalement n'a jamais eu lieu ?
Frank Cascio : Michael a pris beaucoup de temps pour faire invincible. Son esprit était ailleurs, il était en compétition contre lui-même. Il n'avait plus rien à prouver. Il avait tout accompli. Il a pris son temps pour faire invincible car il cherchait une nouvelle direction. Et dès qu'il a commencé à travailler avec Rodney Jerkins je l'ai vu trouver la direction qu'il cherchait et le son qu'il voulait développer. Mais ça a pris du temps. Il m'a dit à l'époque : « Invincible est trop en avance sur son temps. Les gens commenceront à le comprendre d'ici 10 ans ». (...) Il savait qu'il était en avance sur son temps et qu'il faudrait du temps pour le comprendre. Ensuite, d'autres facteurs extérieurs ont joué contre le succès de l'album. Et Michael emmenait ses enfants la plupart du temps en studio. L'enregistrement d'Invincible n'était pas chose facile mais je pense que c'est un grand album et que les gens commencent à l'apprécier. (...) J'étais proche de Michael et j'essayais de gérer les égos et les problèmes autour de lui à cette époque. Il avait fait appel aux services de The Firm (une société de management très réputée à l'époque, NDLR) pour le manager. Il attendait un plan marketing innovant de leur part. Mais The Firm n'a rien proposé de cela. Michael voulait sans cesse innover, donner la mesure, annoncer les modes à venir. Mais il n'avait pas le soutien de son management, ni de sa maison de disques. Dans toute relation, il y a malheureusement des compromis, c'est 50/50. On peut comprendre le fait que Sony souhaite qu'il parte en tournée. Mais Michael ne voulait pas. Si Michael était parti en tournée, tout aurait été différent. Il n'y a que deux façons de faire de l'argent dans le monde de la musique : grâce aux droits d'édition et grâce aux tournées et au merchandising qui va avec. Michael a décidé de ne pas partir en tournée et du coup il n'a pas été soutenu par sa maison de disques. (...) Il était très frustré car The Firm était très présent dans l'industrie du film et il voulait se consacrer au cinéma. The Firm a convaincu Michael de les engager, mais au final ils ne lui ont jamais permis de percer dans le monde du cinéma. Je me souviens, c'était un jour où Michael rentrait d'un voyage. Il était à Norfolk et j'étais à New York pour préparer le concert des 30 ans. Il n'était pas de bonne humeur. Je ne l'ai jamais vu insulter des gens comme ça. Je l'ai vu sous bien des jours, mais là  il était fou. Il a viré ces gens, et ils l'ont bien mérité. Il avait raison. Il est la plus grande star au monde il a établi des records et a montré le chemin a pratiquement tous les artistes d'aujourd'hui. Quand tu manages un tel artiste, tu fais en sorte que la promo soit excellente. Ce n'était pas par hasard si Michael était le plus grand artiste de tous les temps. The Firm ne méritait pas de travailler avec lui.



MJJNews.fr : Des fans en France ont déjà  lu ton livre en anglais et ont été surpris par certaines histoires et certains détails : comment as-tu sélectionné les anecdotes et histoires, comme par exemple les nombreux passages où Michael et toi buvez du vin ou fumez de l'herbe : pourquoi ces choix et que souhaitais-tu montrer ainsi ?

Frank Cascio : Nous sommes en France ok ? Ma famille est italienne, nous sommes européens. Ce que je préfère par-dessus tout dans ce monde, c'est cuisiner, ouvrir une bouteille de vin, manger du fromage, des olives et avoir une bonne conversation. Pourquoi est-ce que ce serait mal de faire cela avec Michael ? Est ce que c'est illégal pour Michael de faire ça alors qu'on le fait en France, en Italie et à travers le monde ? Dans mon livre je voulais montrer le Michael que je connaissais et que j'aime. Il était humain, tout simplement, croyez-le ou non. On ne buvait pas à en être complètement saouls. Vous buvez surement aussi, et vous gérez bien ça ; c'est la même chose. Au sujet de la marijuana, je suis désolé de vous dire que Michael et moi avons fumé de l'herbe peut être deux fois. J'en suis vraiment désolé, mais je vais vous dire une chose : en Californie, la marijuana n n'est pas illégale et des médecins la prescrivent à certains patients. Ca c'est produit à l'époque où Michael était en Floride avec Barry Gibb pour travailler sur des chansons. Une de mes chansons préférées est How Deep Is Your Love des Bee Gees. Et Barry a dit à Michael qu'il avait écrit tous ses plus grands tubes en fumant. Michael, curieux comme il était, a essayé avec moi. Pourquoi je raconte cela dans le livre ? Parce que je voulais montrer que Michael était humain. Je voulais partager et montrer les bons et mauvais moments, je voulais être honnête. Je voulais montrer le Michael que je connais, le bon comme le mauvais. Les gens veulent croire que Michael était parfait. Mais c'était mon ami et il était humain. C'était mon but de le montrer ainsi : humain ; et je pense qu'il en serait fier. Je voulais effacer toutes ces histoires et mettre un pont final à toutes les rumeurs. Il n'était pas pédophile et tout le reste... et je sais que sa mère était heureuse de lire mon livre et de constater que j'ai pu rétablir cette vérité : Michael n'était pas pédophile.



MJJNews.fr : Le CD Michael : Quelle a été ton implication dans ces titres ? Que peux-tu dire aux gens qui reconnaissent bien plus la voix de « James Porte » que celle de Michael dans les leads des chansons ?

Frank Cascio : Ok, mon nom est Frank Cascio et j'ai un frère qui s'appelle Eddie Cascio et.... « We are two different people » (en référence à la phrase prononcée par Michael aux côtés de Janet lors des Grammy Awards 1993, NDLR). Je n'ai rien à voir avec ce disque. Je n'ai aucune motivation financière et n'ai rien à voir avec ça. Je sais que demain (l'interview a eu lieu le 05 juin 2012, NDLR) je vais rencontrer des fans qui veulent me jeter des tomates, mais je n'ai pas à défendre quelque chose que je n'ai pas à défendre, mais ce que je peux vous dire que c'est que c'est bien Michael qui chante sur ce disque. Et si vous lisez les crédits, vous verrez que le studio d'enregistrement est le même que celui utilisé pour les remixes de Thriller 25. Tout cela est dommage car l'album aurait pu avoir du succès. Mais à cause de ces histoires, ce ne fut pas le cas. Je vous demanderai juste de lire entre les lignes. (...) Est-ce que vous pensez que Sony et l'Estate prendraient le risque de sortir un disque sans la voix de Michael dessus? Ils ont engagé deux experts pour étudier les chansons et tous les deux ont confirmé que c'était bien lui. Les chansons ont été enregistrées quand Michael s'est remis à travailler. La seule chose dont je suis coupable c'est d'avoir convaincu Michael de retourner en studio pour créer de la musique et se remettre à danser. Je l'ai remotivé et lui ai montré qu'il pouvait être lui-même et se détendre. C'était un long « process ». Mon frère devait aller à Londres et construire un studio pour travailler avec Michael là  bas (pendant This Is It, NDLR). Voilà  ce que je peux vous dire... « C'est la vie » (en français, NDLR).



MJJNews.fr : A titre personnel que penses-tu des trois chansons qui ont créé polémique ?

Frank Cascio : J'aime Keep Your Head Up et c'est une des meilleures chansons de l'album. Je fais de mon mieux pour vous répondre mais ce serait à mon frère Eddie de le faire.



MJJNews.fr : Quelle a été l'implication de John McClain dans la préparation de ce CD ?
Frank Cascio : J'aime beaucoup John Branca et Michael a bien fait de le placer dans son Estate car il gère bien les choses. John et Michael ont peut être eu leurs différends au cours des années. Mais tous les deux ont écrit l'histoire, ils ont acheté le catalogue des Beatles ensemble. Dès qu'un dossier compliqué faisait surface, Michael appelait John pour prendre les choses en main. Quant à John McClain, je me rappelle d'une anecdote : un jour il est venu me voir sur le tournage de You Rock My World en me disant : « Frank, il faut noircir la peau de Michael et lui mettre de la pâte à modeler sur le nez... » Et je lui ai dit : « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, si tu veux lui dire, vas y, moi je ne lui dis pas. Et je te suggère de ne pas le faire ». Tu parles... Et je reçois un appel de Karen Faye me demandant de venir en urgence. Michael s était enfermé dans sa loge et il avait tout cassé après que John McClain ait fini par lui dire ce qu'il voulait lui dire. Je frappais à la porte plusieurs fois et au final Michael a ouvert. Il était assis par terre, ses mains sur le visage, pleurant comme un bébé. Et je me sentais si mal pour lui. Il a dit : « Quelle équipe de dingue. Est-ce que je suis bizarre à tes yeux ? Je ne leur dit pas comment ils doivent être, moi... Qu'ils aillent se faire foutre, j'annule le tournage aujourd'hui et j'annule tout ». Il pleurait. Je n'arrivais pas à y croire. Comment les gens pouvaient se permettre de lui dire ce genre de choses. Si John connaissait vraiment Michael il n'aurait jamais fait cela. (...) John a joué double jeu. On ne s'est jamais bien entendu, je le respecte pour la place qu'il occupe au sein de l'Estate. Mais je suis conscient de cette animosité envers moi à cause de mon nom de famille. Il a joué double jeu. Il ne supportait pas me voir dans l'entourage de Michael, il a pris mon nom et l'a retourné contre mon frère. Eddie devait avoir 6 chansons sur l'album, et John voulait en placer aussi. Encore une fois, lisez entre les lignes et ceci n'est que mon opinion...



MJJNews.fr : Au final, cette histoire a introduit la controverse dans la musique de Michael, ce qui n'était pas le cas de son vivant. Qu'en penses-tu ?

Frank Cascio : Ca n'aurait pas du se passer comme ça. C'est triste car c'est un bon album, une compilation de bonne musique. J'ai appris une chose dans la vie, c'est qu'il est difficile de rendre tout le monde heureux. J'essaie de rendre tout le monde heureux mais c'est impossible. Et au final c'est moi qui souffre. Je sais à quel point Michael aimait ses fans. Tout ce que je sais c'est que mon livre permet de préserver l'héritage de Michael comme Michael l'aurait aimé. Il a tellement tenté d'expliquer qui il était, mais il ne savait pas comment faire. Il disait qu'il voulait faire comprendre au monde qui il était. Et il y a eu cette histoire avec Martin Bashir.... Mais il a essayé. Et on l'a poignardé dans le dos.



Propos recueillis par Richard Lecocq pour MJJNews.fr / MJ data bank / Photo: Cristiane Montenegro / Saykou Diallo / © 2012 MJJNews.fr. Tous droits réservés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour l'interview angele

 

 

MJJNews.fr : Le CD Michael : Quelle a été ton implication dans ces titres ? Que peux-tu dire aux gens qui reconnaissent bien plus la voix de « James Porte » que celle de Michael dans les leads des chansons ?

Frank Cascio : Ok, mon nom est Frank Cascio et j'ai un frère qui s'appelle Eddie Cascio et.... « We are two different people » (en référence à la phrase prononcée par Michael aux côtés de Janet lors des Grammy Awards 1993, NDLR). Je n'ai rien à voir avec ce disque. Je n'ai aucune motivation financière et n'ai rien à voir avec ça. Je sais que demain (l'interview a eu lieu le 05 juin 2012, NDLR) je vais rencontrer des fans qui veulent me jeter des tomates, mais je n'ai pas à défendre quelque chose que je n'ai pas à défendre, mais ce que je peux vous dire que c'est que c'est bien Michael qui chante sur ce disque. Et si vous lisez les crédits, vous verrez que le studio d'enregistrement est le même que celui utilisé pour les remixes de Thriller 25. Tout cela est dommage car l'album aurait pu avoir du succès. Mais à cause de ces histoires, ce ne fut pas le cas. Je vous demanderai juste de lire entre les lignes. (...) Est-ce que vous pensez que Sony et l'Estate prendraient le risque de sortir un disque sans la voix de Michael dessus? Ils ont engagé deux experts pour étudier les chansons et tous les deux ont confirmé que c'était bien lui. Les chansons ont été enregistrées quand Michael s'est remis à travailler. La seule chose dont je suis coupable c'est d'avoir convaincu Michael de retourner en studio pour créer de la musique et se remettre à danser. Je l'ai remotivé et lui ai montré qu'il pouvait être lui-même et se détendre. C'était un long « process ». Mon frère devait aller à Londres et construire un studio pour travailler avec Michael là  bas (pendant This Is It, NDLR). Voilà  ce que je peux vous dire... « C'est la vie » (en français, NDLR).

 

 

MJJNews.fr : A titre personnel que penses-tu des trois chansons qui ont créé polémique ?

Frank Cascio : J'aime Keep Your Head Up et c'est une des meilleures chansons de l'album. Je fais de mon mieux pour vous répondre mais ce serait à mon frère Eddie de le faire.

 

 

 

 

 

Perso quand je lis tout ça, ça confirme pour moi que les Cascio ne sont pas crédibles.

 

Si il était honnête, qu'il dise que lui n'est pas imputé à l'album et que c'est son frère c'est une chose.

 

Mais aller déclaré que c'est bien Michael qui y chante dans les chansons douteuses, et plus encore dans "Keep your head up" c'est un sérieux foutage de gueule.

 

Qu'il aurait mentionné "Breaking News" j'aurai été plus mesuré, car celle-ci comprend quelques rares passages ( montés ) ou il s'agit parfois de la voix de Michael mêlé à ce fameux James Porte ( voir Malachi ), du coup on pourrait se dire qu'il joue sur les mots.

 

Cependant citer "Keep your head up", ou la ressemblance avec Malachi est plus que frappante, c'est vraiment un désaveu. Pour quelqu'un qui a côtoyer Michael 25 ans de sa vie ( et qui a probablement assisté a des sessions studio ), je me dis soit il se fout clairement de notre gueule, soit il connait mais alors vraiment pas l'organe vocale de Michael.

 

Non franchement, je me doute bien qu'ils reconnaîtront jamais l'arnaque ( c'est tous le monde que ça met dans la merde, Sony, l'Estate, eux, et d'autres gens du staff comme Riley et j'en passe ), mais ils ne sont plus crédible du tout. Et du coup maintenant même son livre me semble inopportun, parce que j'ai du mal à me dire que son livre pourrait être entièrement authentique ( ou l'ensemble de sa démarche ), si déjà  ils auraient été capable de nous flouer sur la chose essentielle que Michael faisait pour les fans, sa musique et son art.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est difficile pour lui de désavouer son frère.

Pour moi, ces 3 titres sont de l'arnaque, tout simplement.Si on compare , l'album Invincible, le titre "All in your Name" et "This is It", la voix de Michael n'a pas changé, elle reste comparable et on reconnait immédiatement le timbre et les intonnations.Ce qui n'est pas le cas sur ces titres.

Qu'il explique, aussi, pourquoi un Malachi ou un Porte (des imitateurs de surcroît) est présent sur cet album. Michael Jackson n'avait pas besoin d'un faire valoir, encore moins d' illustres inconnus...Durant sa carrière on trouve quelques duos mais avec de chanteurs renommés comme Stevie Wonder, Freddy Mercury, en devenir (Akon) ou des participations dans les choeurs pour des amis. Je ne vois pas pourquoi,il aurait travaillé avec de pâles imitateurs sur un futur album.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans l'intimité de Michael Jackson

 

 

 

Michael Jackson n'est plus là . Pourtant, il n'est jamais bien loin pour Frank Cascio, son ami, assistant, manager pendant près de vingt-cinq ans. Ce jeune homme de 31 ans a vécu dès l'enfance dans l'intimité du King of Pop, disparu il y a trois ans le 25 juin 2009, comme il le raconte dans un livre étonnant, « Mon ami Michael », qui sort aujourd'hui.

On y découvre la star comme jamais : attachante, désarmante, mais aussi perdue, paranoïaque, souffrante. Extraits.

 

 

Un ami de la famille

 

Frank Cascio n'a que 5 ans lorsqu'il rencontre Michael Jackson, en 1985, grâce à son père, employé d'un palace new-yorkais où descend régulièrement le chanteur. « Michael et moi avons commencé à parler dessin animé. Je lui ai dit que j'aimais bien Popeye et j'eus l'honneur de lui faire découvrir les Crados, dont mon frère et moi collectionnions les vignettes. » Jackson se prend d'affection pour cette famille, à qui il rend visite dès que possible pour, « l'espace d'un instant, vivre l'existence ordinaire d'une famille ordinaire [...]. Quand Michael était là , l'une de ses activités favorites était d'aider ma mère à faire le ménage. Il adorait passer l'aspirateur ». Par la suite, les Cascio vont régulièrement dans l'immense propriété de la star, Neverland, avec son zoo, son parc d'attractions. A 13 ans, Frank et son frère Eddie suivent la tournée mondiale de leur ami star en prenant des cours par correspondance et sont de tous ses déplacements. « J'adorais observer les fans, cette mer humaine qui hurlait, pleurait, se pâmait, rivée au moindre geste de son idole. Assis à côté, je me disais : Ce demi-Dieu qu'ils vénèrent est aussi celui qui m'aide à faire mes devoirs. » Frank Cascio va passer au fil du temps d'ami intime à collaborateur indispensable qui sera dans les petits secrets de la star : la naissance de ses enfants, son mariage arrangé avec la fille d'Elvis Presley ou ses flirts avec les groupies.

 

 

Accusations de pédophilie

 

Frank Cascio dit tout sur les soupçons qui ont longtemps pesé sur Michael Jackson. Et pour cause. Il était avec la star en 2003 dans sa chambre de Neverland, où elle aurait abusé du jeune Gavin Arvizo. Ce soir-là , l'adolescent et son frère insistent pour dormir dans la chambre de Michael Jackson. Il refuse. Ils insistent et leur maman, présente dans la propriété, est d'accord. Le chanteur finit par accepter mais demande à Frank : « Tu restes avec moi dans la chambre. Je n'ai pas confiance en la mère. Elle est givrée. » C'est elle qui lancera les accusations qui se dégonfleront devant la justice. Cascio livre ici tous les détails de la soirée incriminée. « Michael venait d'offrir à Gavin un ordinateur portable. Et nous découvrîmes ce freluquet de 13 ans en train de regarder un site porno. Un peu plus tard, Michael revint et mit un dessin animé. Ce soir-là , les deux frères prirent le lit et Michael et moi couchâmes par terre à côté d'eux. » La justice donnera gain de cause à Jackson et à son collaborateur.

 

 

L'addiction aux médicaments

 

Frank est adolescent quand il voit son ami enchaîner les concerts dans la douleur. En 1993, Jackson, gavé d'anesthésiants, n'en peut plus. « Un médecin était toujours là  avant qu'il n'aille se coucher pour lui administrer ce qu'il appelait son médicament. J'étais jeune. Tout ce que je savais, c'est qu'il l'aidait à trouver le sommeil. » La fin de la tournée « Dangerous » est même annulée pour que l'artiste « entre en cure ». Plus tard, Cascio lutte pour éloigner les médecins de son ami chanteur, mais décrit des scènes surréalistes, notamment lors du concert anniversaire de ses trente ans de carrière en 2001. Il se rend dans sa suite, fermée, défonce la porte. « Je découvris Michael au lit, endormi [...] Tout en le secouant pour le réveiller, je l'interrogeai : Le médecin est venu, c'est ça? D'une voix traînante, il répondit : Ouais Frank, j'avais tellement mal. J'en pouvais plus. Je mourrai un trou dans la peau », répétait le chanteur. « A chaque fois, je pensais à une balle, écrit son assistant. Mais, au bout du compte, c'est une aiguille qui a eu raison de lui. »

 

 

 

 

Pourquoi avoir écrit ce livre?

FRANCK CASCIO. Pour moi, c'était un devoir de raconter l'être humain Michael Jackson. J'étais le seul à pouvoir le faire. C'était quelqu'un de la famille, Michael, pas le King of Pop.

Dès que je faisais une bêtise, il me grondait. Quand je manquais de respect à ma mère, il me disait : « Va t'excuser tout de suite. » Il m'a beaucoup appris. Tout cela était très normal, même si je prenais des jets privés, que je faisais fermer Euro Disney pour visiter le parc, et que je voyais des kilomètres de fans agglutinés entre l'aéroport et son hôtel.

 

 

Cela paraît incroyable que vos parents vous aient laissé si jeune avec lui...

Mais ils avaient totalement confiance, même après la première affaire qui l'accusait de pédophilie en 1993. Je me souviens avoir vu ma mère pleurer à la maison et me dire : « Michael a de gros ennuis, on l'accuse d'avoir abusé d'un enfant, Jordy Chandler, tu le connais? » Bien sûr que je le connaissais. Elle m'a demandé : « Michael a-t-il eu des gestes déplacés envers toi? » Bien sûr que non. On l'a assuré de notre soutien à 100%.

 

 

Pourquoi ce lien avec les enfants?

Pour moi, il était sans âge. Il cherchait l'innocence qu'il n'avait pas eue. A 5 ans, alors que tous les gamins profitent de leurs jouets, lui travaillait déjà , répétait, chantait, dansait. C'est pour cela que son corps était fatigué et qu'il prenait des médicaments. On a dit que c'était un drogué. Ce n'est pas vrai. Il se donnait à 1000% sur scène. Alors oui, il prenait des médicaments pour dormir, mais il a été aussi victime des médecins.

 

 

Comme le dernier?

Le docteur Murray est un égoïste qui a tué Michael Jackson. Il se vantait partout d'être son médecin. Sauf que l'anesthésiant qu'il lui a prescrit nécessitait des compétences qu'il n'avait pas. Mais il a voulu faire le malin pour ne pas perdre la face.

 

 

Quel est votre meilleur souvenir avec Michael?

Les moments où nous ouvrions une bouteille de vin, écoutions de la musique et discutions pendant des heures de tout et de rien.

 

 

Et le plus mauvais?

L'affaire Gavin Arvizo et le procès où certains ont affirmé à Michael que je ne voulais pas témoigner en sa faveur. Ce qui était archifaux! Mais il les a crus. Il était en pleine paranoïa. Or je savais que ce n'était pas un pédophile. Il n'a jamais invité un gamin à dormir dans son lit!

 

 

Vous parlez peu de la chirurgie esthétique dans votre livre...

Parce que je n'ai jamais trouvé cela étrange de sa part. Cela remontait à l'enfance, avec ses problèmes de nez. Ses frères et sœurs se moquaient de lui, l'appelaient Gros Blaire. Quand il a eu l'opportunité de le modifier, il l'a fait.

 

 

Dans l'album posthume sorti en 2010, l'authenticité de trois chansons inédites, provenant de vous et de votre frère producteur, a été contestée.

Mais je peux vous assurer que c'est bien lui qui chante dessus. Il les avait enregistrées au moment du 25e anniversaire de l'album « Thriller ».

 

 

Quelle est la dernière chose que vous a dite Michael Jackson?

« On se voit à Londres. » Il était enthousiasmé par son retour sur scène, en Angleterre, en juillet 2009. Moi, je l'avais trouvé très maigre. Mais ce ne sont pas les producteurs et les répétitions qui l'ont tué. C'est bien le docteur Murray par sa négligence.

 

 

Source : Le Parisien / mjackson.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand on prétend être l'ami de quelqu'un, on attend pas qu'il meurt pour ensuite raconter les détails de sa vie intime dans un bouquin. Même s'il n'y avait pas eu l'affaire des fakes, je ne mettrais pas un centime dans ce genre d'entreprise. Les vrais amis de Michael sont ceux qu'on entend pas. Liz Taylor est morte avec les moments privés qu'elle partageait avec Michael et c'est très bien comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En ce qui me concerne, je soutiens Frank Cascio à 100%. Sa façon de parler de Michael est très particulière, très personnelle, et alors qu'on croit avoir découvert l'essentiel, chacune de ses interview révèle un nouveau détail charmant,touchant, particulier, etc. Et puis bon, je l'ai déjà  dit, les soupçons de fausseté à son encontre ne reposent sur rien. Et tout ça est vraiment ridicule. On a la chance d'avoir des gens comme ça pour témoigner, et c'est tant mieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand on prétend être l'ami de quelqu'un, on attend pas qu'il meurt pour ensuite raconter les détails de sa vie intime dans un bouquin. Même s'il n'y avait pas eu l'affaire des fakes, je ne mettrais pas un centime dans ce genre d'entreprise. Les vrais amis de Michael sont ceux qu'on entend pas. Liz Taylor est morte avec les moments privés q'elle partageait avec Michael et c'est très bien comme ça.

 

Franck s'est expliqué là -dessus. Premièrement, c'est pas si simple d'écrire un bouquin du vivant de la personne. Je me mets à sa place en effet. Faudrait peut-être que tout le monde y pense, un peu ! Certains fans avec toute la rancoeur qu'ils ont envers l'entourage de Michael Jackson croient que les choses sont si faciles.

 

Et il en a eu marre de voir que tout le monde "pondait" un bouquin sur Michael après l'avoir rencontré deux ou trois fois dans leur vie, se décerner le rôle de dc ès Michael Jackson du jour au lendemain, juste parce qu'il était mort. Lui a vécu (et c'est le mot) plus de 25 ans en sa présence.

 

Et puis, Franck dit aussi que écrire ce livre a été une thérapie pour lui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis en train de lire " Mon ami Michael"....et je me régale !!!! Ce livre est un véritable cadeau ! Je l'ai acheté samedi et si mon emploi du temps me le permettait il serait déjà  terminé....Et je sais que je vais le relire....Dés les premières pages j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai eu l'impression de me rapprocher de toutes ces photos, ces vidéos que j'ai vu....Franck nous fait découvrir l'etre humain, l'homme derrière la star...C'est juste magnifique ! Je comprends mieux Michael, certains de ces comportements, j'ai l'impression de m'etre un peu rapprochée de sa vie...De les avoir accompagnés un moment....C'est une vraie ( bonne )surprise, je reviendrai en parler quand j'aurai fini....Je vous conseille en tout cas de l'acheter vous ne le regretterez pas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Franck s'est expliqué là -dessus. Premièrement, c'est pas si simple d'écrire un bouquin du vivant de la personne. Je me mets à sa place en effet. Faudrait peut-être que tout le monde y pense, un peu !

Justement, quand on y pense, on réalise que si ce genre de bouquins n'a pas existé du vivant de Michael, c'est parce qu'il n'aurait pas donné son accord. Il n'y a qu'à voir le nombre de vidéos, enregistrements privés qui ont pullulé sur le net et à la télé juste après sa mort, pour se rendre compte que Michael faisait quand même un minimum gaffe à ça et que son amitié était liée aussi à la discrétion de ses amis.

 

Et il en a eu marre de voir que tout le monde "pondait" un bouquin sur Michael après l'avoir rencontré deux ou trois fois dans leur vie, se décerner le rôle de dc ès Michael Jackson du jour au lendemain, juste parce qu'il était mort. Lui a vécu (et c'est le mot) plus de 25 ans en sa présence.

Comme si son bouquin allait changer la donne... Et puis quoi, pour faire taire les menteurs, il faut étaler la vie intime des gens ? Michael l'a fait suffisamment de son vivant, et ça ne lui a rien apporté de mieux.

 

Et puis, Franck dit aussi que écrire ce livre a été une thérapie pour lui.

C'est pas notre problème, le public n'est pas un confident. S'il ressent le besoin d'écrire, eh bien qu'il écrive, mais pour lui. La publication et la promo ne font pas partie de la thérapie, faut arrêter de nous prendre pour des cons.

Le plus important et le plus grave dans cette histoire, c'est ça : une fois de plus, la vie privée de Michael est scrutée et étalée publiquement. Et à part satisfaire l'appétit malsain de fans qui pensent qu'il nous faut absolument TOUT savoir de la vie de Michael, ce livre ne sert à rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ma part je dois avoir un sacré appétit malsain parce que je dévore ce bouquin....Pour autant je n'ai pas l'impression de TOUT connaitre de sa vie loin de là  et tant mieux....

 

C'est un livre respectueux, et après toutes les saloperies qu'on a bien été obligés d'entendre sur lui ça fait du bien de lire ces pages....

 

Je ne suis pas du dupe, Franck GASCIO retire un bénéfice personnel de l'écriture de ce livre mais en meme temps il continue le travail de réhabilitation de Michael....

 

Je suis persuadée que beaucoup de gens verront Michael autrement après cette lecture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, j'ai bien envie de voir ce qu'il raconte dans son bouquin, par curiosité et pour me faire ma propre opinion. Je verrai ça quand il sera dispo d'occas'.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ma part je dois avoir un sacré appétit malsain parce que je dévore ce bouquin....Pour autant je n'ai pas l'impression de TOUT connaitre de sa vie loin de là  et tant mieux....

 

C'est un livre respectueux, et après toutes les saloperies qu'on a bien été obligés d'entendre sur lui ça fait du bien de lire ces pages....

 

Je ne suis pas du dupe, Franck GASCIO retire un bénéfice personnel de l'écriture de ce livre mais en meme temps il continue le travail de réhabilitation de Michael....

 

Je suis persuadée que beaucoup de gens verront Michael autrement après cette lecture.

 

Je pense au contraire que seuls des fans déjà  convaincus vont acheter ce livre. Il y aura toujours des cons pour traiter Michael de pédo sans savoir de quoi ils parlent. Laissons-les dans leur caca et allons de l'avant, que diable.

Quant à l'argument de la réhabilitation de Michael comme prétexte à raconter sa vie intime pour prouver que "vous voyez ? il n'était pas attiré par les jeunes garçons puisqu'il sortait avec des femmes", ça me gonfle, en plus d'être inutile. La pédophilie est une maladie et un crime qui touche toutes les couches sociales et tous les cadres familiaux. Qu'on soit célibataire, marié, avec ou sans enfants, et qu'on ait une libido fort développée ou pas.

Quant au reste, on savait déjà  que Michael était un type sympa, talentueux, cultivé et avec un grand sens de l'humour. Pas besoin d'anecdotes qui n'appartiennent qu'à ceux qui les ont vécues. Qu'ils gardent leurs secrets pour eux, bordel ! Et je maintiens que c'est un manque flagrant de respect envers Michael car il n'aurait certainement pas apprécié qu'on raconte les détails de sa vie intime de la sorte, sinon Cascio aurait écrit son bouquin en 2005 ou en 2006, pas maintenant que la mort de Michael a en réalité suffi pour le "réhabiliter", et que, surtout, il n'est plus là  pour donner son avis sur la manière dont Franck Cascio traite leur amitié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De toute façon, je constate que depuis ce triste 25 juin 2009, que beaucoup de fans ont beaucoup de rancoeur, sont en colère après les personnes de l'entourage de Michael qui parlent de leur expérience, sont en colère envers les fans qui le sont devenus qu'après sa disparition. Je fais partie de ces fans qui ont subi cette colère.

 

Je sais bien que la vie de Michael n'a pas du tout été facile, que Michael a été trop exploité à cause de son talent, que les media l'ont trainé dans la boue, que des gens qui l'ont cotoyé ont usé de sa bonté, l'ont extorqué etc ... Mais ne croyons pas que tous ils sont comme ça.

 

J'ai une grosse rancoeur, personnellement contre les media qui font leurs beurres sur tout ce qui peut être salace et faux en même temps, contre ces gens du show-biz qui usent l'artiste jusqu'à la moëlle car pour eux c'est une poule aux oeufs d'or, contre ceux qui abusent de sa faiblesse pour lui administrer des drogues en échange d'un salaire faramineux, mais je n'ai pas de rancoeur envers l'entourage de Michael qui cherche à nous le faire mieux connaitre, à partager de manière honnête et respectueuse un vécu avec l'artiste.

 

Il serait temps que ces fans ravalent leur rancoeur et arrêtent de se méfier de tout le monde. Qu'ils maudissent la diffusion du documentaire de ce médecin charlatan, je partage totalement, qu'ils maudissent une société de production de concerts qui a infligé à Michael des répétitions énormes pour une quantité de concerts beaucoup trop lourde pour lui, je comprends parfaitement, mais qu'ils s'acharnent sur des fans qui ont réalisé l'incroyable talent de Michael après sa mort ou qui ont réalisé les qualités humaines énormes qu'il avait, qu'ils rejettent toute personne de l'entourage de Michael qui cherche désespérément, dans le deuil, à balayer les fausses rumeurs qui courraient sur lui, parce qu'il est temps que ça change, qu'il y en a ras le bol, alors là , je dis qu'il y en a marre !

 

La colère, la rancoeur, utilisons la à bon escient, cherchons la où elle se trouve réellement !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Colère, rejet, rancoeur ce sont des mots très forts pour qualifier un désaccord ( un prétexte ?) sur ce livre et le bien fondé de son édition. L'accueil qui lui est réservé n'a rien à voir avec une guerre entre anciens et nouveaux fans ou autre jugement sur l'adhésion tardive à l'artiste, voir les raisons de celle-ci. D'anciens l'achèteront et des nouveaux non.

D'autre part, il y aura toujours des gens qui le croiront coupable contre vents et marées, on n'y peut rien c'est leur problème et l'on ne peut pas quotidiennement enfourcher son destrier et répandre la bonne parole.

 

Personnellement, ce genre de livre ne m'apporte rien mais je n'en dégouterai pas d'autres de l'acheter. Cet étalement du privé ne m'intéresse pas et puis ça devient du rabâchage en bonne et due forme de l'homme qu'était Michael, le problème c'est qu'on le sait au moins depuis trois ans ! Je serais plus intéressée par le discours de quelqu'un qui dirait ne pas aimer l'artiste ou l'homme pour des raisons précises ( pas les éternels ragots), ça apporterait plus au débat.

Maintenant si méfiance il y a, c'est envers de nouveaux de projets d'albums parce qu'échaudée et de nouveaux hommages parce qu'au final on tourne en rond.

Je suis effectivement une mauvaise cliente compte tenu que ce n'est pas parce que c'est estampillé Michael Jackson que ça le vaut. Je l'ai déjà  dit mais il est une marque et une sorte d'hommage obligé pour certains jeunes artistes ( tout au moins qui ont l'appellation) qui détiennent alors la carte de visite du bon gars bien qu'ils ne l'aient jamais rencontré ou si furtivement.

 

Je rappelle tout de même que les amis, les défenseurs ( là  je ne parle pas de fans) sont légion depuis le 25 juin 2009. Ils étaient où avant ? Le coup de la thérapie par l'écriture pour faire un deuil c'est à la mode et pas que pour l'entourage proche ou lointain de Michael mais c'est un autre débat.

 

Je vais me permettre de parler d'une dernière chose : cette opposition entre anciens fans et ceux de la dernière heure me semble excessive. Il n'y a pas de hiérarchie de valeur des statuts, si toutefois ces derniers existent. Elle ne relève que d'un sentiment de culpabilité de n'avoir pas participé du vivant de Michael. Le problème c'est, comme dit un autre mec bien, que " ces choses qui n'existent jamais tant que le manque qu'elles ont laissé", elles ne seront jamais comblées, faut juste profiter du présent sans regrets ni compensations ... et je dis vraiment cela avec bienveillance :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je compare la rancoeur de certains fans envers l'entourage proche de Michael et celles envers les nouveaux fans, c'est parce que je la perçois de la mème maniére. D'ailleurs ce sont parfois les mèmes fans qui ont ces deux rancoeurs. On dirait fortement qu'il y a un point commun entre les deux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je compare la rancoeur de certains fans envers l'entourage proche de Michael et celles envers les nouveaux fans, c'est parce que je la perçois de la mème maniére. D'ailleurs ce sont parfois les mèmes fans qui ont ces deux rancoeurs. On dirait fortement qu'il y a un point commun entre les deux.

 

Je ne trouve pas. Le fait que des nouveaux fans aient besoin de lire des biographies sur Michael pour en savoir plus sur le personnage ne fait pas l'objet d'une critique en soi, c'est même parfaitement compréhensible. Le problème vient juste de savoir trier les innombrables lectures possibles. Et c'est là  que la critique envers Franck Cascio prend son sens. Ce qui est critiquable, c'est de sortir un bouquin qui raconte les moindres détails de la vie intime de Michael, alors qu'on sait pertinemment que ces détails ne servent à rien pour mieux comprendre son œuvre et sa personnalité.

S'il y a quelque chose à reprocher à certains fans, c'est la curiosité malsaine à vouloir absolument TOUT savoir de la vie personnelle de Michael, jusqu'à ses plans cul (et je ne parle pas de fantasmes, mais bien de vouloir connaître les faits). Et ça, ça n'a rien à voir avec le fait d'être fan depuis trois jours ou depuis 30 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne trouve pas. Le fait que des nouveaux fans aient besoin de lire des biographies sur Michael pour en savoir plus sur le personnage ne fait pas l'objet d'une critique en soi, c'est même parfaitement compréhensible. Le problème vient juste de savoir trier les innombrables lectures possibles. Et c'est là  que la critique envers Franck Cascio prend son sens. Ce qui est critiquable, c'est de sortir un bouquin qui raconte les moindres détails de la vie intime de Michael, alors qu'on sait pertinemment que ces détails ne servent à rien pour mieux comprendre son œuvre et sa personnalité.

S'il y a quelque chose à reprocher à certains fans, c'est la curiosité malsaine à vouloir absolument TOUT savoir de la vie personnelle de Michael, jusqu'à ses plans cul (et je ne parle pas de fantasmes, mais bien de vouloir connaître les faits). Et ça, ça n'a rien à voir avec le fait d'être fan depuis trois jours ou depuis 30 ans.

 

Mais Franck Caschio ne dévoile pas comme tu dis les plans cul de Michael. Il parle de lui dans le respect. Tout simplement, il essaie de le rendre plus HUMAIN, moins KING OF POP, tu comprends ?

 

Le problème, c'est que trop longtemps, Michael Jackson a été concidéré à tort comme un excentrique bizarre. A cause de ça, il a été mal compris, même accusé, et des pires crimes en plus. Je me met à la place de Franck Caschio qui l'a cotoyé de très près, qui le connait mieux que quiconque mieux même que la propre famille de Michael, je veux parler des frangins et frangines. Franck l'a connu de très près en tant qu'enfant, en tant qu'ado, et en tant que jeune adulte, c'est beaucoup, vraiment beaucoup ! Il est à mes yeux le mieux placé pour re-humaniser Michael et c'est ce qu'il fait dans son livre. Et le meilleur moyen de le faire, c'est d'aller un petit peu loin dans l'intimité tout en gardant bien sûr beaucoup de respect parce que ça ne peut de toute façon pas être autrement. Il y a comme un vrai mélange de paternité, fraternité, amitié entre eux, un lien très fort.

 

Franchement quand j'écris ces lignes, j'ai envie de dire merci à Franck Caschio.

 

J'ai lu avant, le livre de Jermaine et vraiment, je ne l'ai pas du tout ressenti de la même manière. Le livre de Jermaine est bien plus édulcoré que celui de Franck. Celui de Franck est plus vrai, plus sincère. Y'a pas de scénario calculé, structuré comme celui de Jermaine. Il écrit beaucoup avec spontanéité, avec le coeur. J'en mettrais ma main au feu que Franck n'a pas fait autant appel à un "nègre" pour écrire son bouquin que Jermaine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais me permettre de parler d'une dernière chose : cette opposition entre anciens fans et ceux de la dernière heure me semble excessive. Il n'y a pas de hiérarchie de valeur des statuts, si toutefois ces derniers existent. Elle ne relève que d'un sentiment de culpabilité de n'avoir pas participé du vivant de Michael. Le problème c'est, comme dit un autre mec bien, que " ces choses qui n'existent jamais tant que le manque qu'elles ont laissé", elles ne seront jamais comblées, faut juste profiter du présent sans regrets ni compensations ... et je dis vraiment cela avec bienveillance :)

 

Exactement.

 

Je ne vois pas en quoi le débat ancien/nouveaux fans vient etoffer la discussion. On en a fini avec les rancoeurs des anciens fans à l'égard des nouveaux non?

C'est pas vraiment le sujet.

 

 

Pour ma part, je ne peux pas lire le bouquin de Cascio, d'une part parce que comme d'autres l'ont souligné, du vivant de Michael, alors qu'il était au plus bas, pendant ses années sombres, l'idée de publier un livre sur son "ami" ne lui aurait tout bonnememnt jamais traversé l'esprit, et d'autre part parce que les détails ne m'intéressent pas. Si Michael ne voulait pas qu'on les connaisse, je ne veux pas les connaitre.

Franck se cache derrière sa "pseudo volonté de réhabiliter l'homme un peu tard. Il veut nous faire croire qu'il fait tout cela innocemment? Et le fait qu'il soutienne son frère dans l'arnaque Michael me révulse, bien qu'il mette l'accent sur le fait qu'il n'était pas présent avec Eddie lors des dits enregistrements, comme pour se dédouaner de quelque faute. Bien sûr les deux sont des entités différentes, mais la grosse erreur qu'il a commise est de soutenir son frère, ce qui le décrédibilise aux yeux des fans.

 

Je ne doute pas de la veracité de certains faits, mais comme dans tout, il y a sûrement à boire et à manger dans ce livre. Il a été conditionné, de manière a vendre ce que les fans veulent entendre: que Michael faisait l'amour (si, si), qu'il lui arrivait de fumer des joints de temps à autre pour décompresser..A-t-on vraiment besoin de savoir tout cela? Voulait-il vraiment que cela se sache, si tel est réellement le cas? Je ne pense pas.

 

Michael s'est attaché à donner cette image de petit ange sorti de la planète des bisounours toute sa vie, c'est comme ça qu'il voulait qu'on le voie, alors pourquoi raconter des détails qui vont à l'encontre de ce que Michael voulait qu'on pense de lui? Est-il nécessaire d'insister sur le fait que que Michael était un être normalement constitué, si le livre est destiné aux fans? Quel fan ose encore imaginer que Michael n'a jamais eu de relations sexuelles?

 

J'ajouterai à cela le fait que, comme dit précédemment, sa connivence évidente avec son frère, bien qu'il ne soit pas acteur de cette machination, le décrédibilise totalement à mes yeux, et j'ai pas envie de douter de la veracité de ses propos à mesure que je tourne les pages.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Franck s'est accroché sérieusement avec son frère durant le procès de 2005. Il a réussi à renouer avec lui. Il va pas s'amuser à risquer de se fâcher à nouveau. Il souhaite garder de bonne relations avec son frère, je peux le comprendre, je sais que c'est pas facile. J'ai un frangin moi aussi. C'est pourquoi il insiste pour dire que les chansons, c'est l'affaire de son frère pas delui. Lui il a seulement donné goût à Michael pour reprendre le travail. Après ce qu'il s'est réellement passé dans ce studio, pour l'instant, on n'en sait rien et puis c'est tout. C'est à Eddy de parler, pas à Franck.

 

Mais tout ça pour le comprendre, il faut lire le bouquin. Moi aussi, je cassais du sucre sur le dos des deux Cascio avant, mais j'ai eu la curiosité de lire le livre parce que Franck, c'est pas n'importe qui, c'est pas un journaleux qui là , oui, c'est sûr, veut se faire du beurre sur le dos de Michael.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que je n'arrive pas à comprendre avec tous ces bouquins tous plus voyeurs les uns que les autres, c'est que leurs auteurs manquent autant de pudeur vis-à-vis de leur " merveilleux ami".

Je continue de penser que ce n'est que pour faire parler d'eux, l'ami qui a bien ( ou pas) connu cette méga star.

Accepteraient-ils, eux, de voir leur vie étalée à travers des anecdotes ou des témoignages ? En tant que personne, je ne voudrais pas qu'il en soit ainsi, et vous ? ( c'est vrai je ne suis pas une star planétaire mais il était aussi un être humain qui a aussi le droit à de la pudeur post-mortem)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Exactement. Et l'argument "il faut lire le bouquin pour comprendre", je trouve ça trop facile. J'ai lu les extraits publiés sur le forum, je les trouve abjects, je n'ai aucune envie de lire le reste pour me faire une idée. Elle est déjà  faite. Franck Cascio parle de choses qui ne nous regardent pas, trahit la confiance de son ami qui n'aurait certainement pas accepté qu'on dévoile ainsi son intimité (quand Michael voulait parler publiquement de sa vie sexuelle, il était assez grand pour le faire lui-même), et joue avec l'émotion des fans en prétendant qu'il a fait ça pour réhabiliter Michael et comme thérapie. Il ne mérite aucune estime pour ça, indépendamment des fakes de son frère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Y'a un truc qu'il serait temps de comprendre aussi ! Michael est mort ! Et c'est pas quand quelqu'un est vivant qu'on écrit sur lui. Justement, c'est quand cette personne est décédée qu'on a envie de crier haut et fort qui était réellement la personne que l'on aimait. Quand il est vivant, on ne va pas pondre un bouquin pour dire qu'on l'aime. Y'a justement que les journalistes qui font ça et c'est pas pour dire qu'ils l'aiment la personne. Le Taraborelli, justement, il a pondu son bouquin du vivant de Michael et pour moi il disait des choses beaucoup plus intimes et sûrement fausses d'ailleurs que Franck Cascio.

 

C'est qui qui a dit dans son livre que Michael se blanchissait la zigounette, hein ??? ==> Taraborelli !!!

 

Franck Cascio ne dit absolument rien de cela. Il aime trop Michael pour inventer des conneries. Il parle à peine de la chirurgie ou de sa maladie de peau. Il a trop de respect pour son ami. Il montre les bons moments passés avec lui et les moments difficiles, d'amitié, de fraternité, voire de paternité et de travail aussi.

 

Vous avez jamais perdu quelqu'un dans votre vie que vous chérissiez, vous n'avez jamais éprouvé le besoin de vous rappeler de lui, d'évoquer vos souvenirs avec d'autres ? Cette personne dans le livre de Franck, bon sang, c'était le King of Pop !!!! Et Franck avait envie de parler de lui, à l'opinion publique, parce que Michael était une personne publique, ne l'oublions pas, mais il avait envie de le faire en l'honorant le plus possible parce que c'est comme ça qu'il le voyait.

 

Quand je dis qu'il faut lire le bouquin pour comprendre, j'insiste là -dessus. Evidemment, si on a trop de suspiscion à l'égard de l'entourage de Michael, c'est sûr, c'est pas possible. Voilà  pourquoi je parlais de rancoeur auparavant.

 

J'ai adoré ce livre comme je peux adorer Michael. J'avais lu celui de Jermaine. Celui là , je l'ai aimé 100 fois plus. Parce que Franck est d'une sincérité, il se remet en question. On sent combien il a été tourmenté, la tragédie que ça a été pour lui. Le livre de Jermaine était en comparaison trop romancé, raconté de manière mieleuse, édulcorée. Là , Franck s'esprime de manière brute, avec son coeur. Et en même temps, c'est un cadeau qu'il nous fait parce qu'après avoir lu son livre, il n'y a pas d'autre moyen que d'aimer Michael. J'aimerais tant que de nombreux non-fans lisent ce livre, simplement pour comprendre qu'ils se sont gourés sur lui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...