Aller au contenu


Neverneverland

Inscrit(e) (le) 12 mai 2014
Déconnecté Dernière activité aujourd’hui, 18:06
*****

Sujets que j’ai initiés

Song Groove

31 janvier 2017 - 15:30

  SONG GROOVE

 

maxresdefault.jpg

 

J'ai pensé à cette chanson en écoutant les informations internationales à la radio, avant-hier. On y parlait de l' Irlande : "14 années de prison pour les femmes qui avortent". 

 

 

Song groove se nomme également Abortion papers. La question difficile de l' avortement y est abordée. J' ai lu de-ci de-là que M J ne voulait pas prendre position, qu' il avait juste       l' intention de décrire un état de fait, certes complexe, mais sans jugement aucun, et qu' il ne cherchait nullement à offenser les femmes qui se trouveraient dans cette situation.         Une note écrite par le père de la chanson accompagnait ce titre : "I have to do it in a way so I don't offend girls who have gotten abortions or bring back guilt trips, so it has to be done carefully... I have to really think about it." ( Je dois écrire les paroles de façon à ne pas offenser les filles qui ont eu recours à cette pratique ni susciter chez elles un sentiment de culpabilité, il faut donc faire preuve de prudence... Je dois vraiment y réfléchir. )  :unsure:

Vous savez, c' est la méthode Michael : je craque une allumette, je pose de la paille tout à côté et on voit ce que ça donne. :baoum: Sauf que Song groove, écrite en 1987, n' a pas vu le jour en son temps... 

 

On pourrait croire que "I 'd like to have my child" sonne clairement comme un cri anti-avortement. On dirait bien que M J entre brusquement dans le sujet, dans le groove, et là, il n' y a plus d' hésitation...  :bebe: Et, après tout, oui, qu' en est-il du droit des hommes dans ce domaine ? N' ont-ils pas leur mot à dire ? Même schéma en matière de garde des enfants en cas de séparation ( et là, on pense volontiers à Mon fils ma bataille de Daniel Balavoine ou au film Kramer contre Kramer de R. Benton ). C' est un véritable combat... perdu d' avance ? Dans sa vie, M J s' est acharné à faire en sorte que Debbie Rowe abandonne ses droits parentaux pour que lui-même obtienne la garde exclusive. Quant à Lisa Marie Presley, elle a avoué en ce sens qu' elle ne voulait pas d' enfant avec Jackson car elle appréhendait l' interminable bataille juridique qui s' ensuivrait en cas de séparation ( "le cauchemar d' une bagarre pour la garde", d' après ses dires ) !  :aggressive:

 

Dans tous les cas, une terreur certaine le hante et le tourmente, lui. Celle de la toute-puissance de la femme, selon lui, en tant que créature titulaire d' une matrice donc porteuse de vie, que l' on retrouve dans Billie Jean, même si "le gosse n' est pas son fils" ou dans Blood on the dance floor, qui traite, entre autres, de "unsafe fastlove" menant, sinon à la mort, sans doute à une grossesse hasardeuse ( She got your baby, It happened fast, If you could only, Erase the past )... Il aurait tant aimé faire des bébés "tout seul", comme la jeune célibataire et cheffesse de famille monoparentale qui s' assume, chantée, en 1987, par J.-J. Goldman ! Finalement, c' est un peu ce qui s' est passé...

 

Ce n' est que mon opinion. A vous, maintenant.

 

Azlyrics.fr 

 

Remarque relative au texte de ce titre pour lequel on trouve les variantes suivantes :   Don't know the worst / Go through the words

                                                                                                                                         She knows an atheist / She knows a priest 


Urban Myths

12 janvier 2017 - 13:46

Urban Myths 

 

2048x1536-fit_joseph-fiennes-apparait-ep

 

Le rôle de MJ est tenu par le britannique Joseph Fiennes, ce qui crée la polémique et déplaît à Paris Jackson. Je vous laisse deviner pourquoi :

 

 

Une métamorphose réussie. Les premières images de l’acteur britannique dans la peau du roi de la pop sont impressionnantes. Joseph Fiennes avait essuyé une polémique lorsqu’il avait été désigné comme interprète de Michael Jackson du fait de sa couleur de peau, mais le résultat est plus que convainquant.
 
Chaque épisode s’intéressera à un moment de la vie de personnages différents dans des situations farfelues. L’épisode dans lequel apparaît Michael Jackson est centré sur un trajet en voiture de New York à Los Angeles avec Elizabeth Taylor et Marlon Brando, juste après les attentats du 11 septembre, alors que les vols intérieurs aux Etats-Unis sont annulés.
De l’humour en prévision

 

La bande-annonce nous fait découvrir une séquence dans laquelle des policiers arrêtent les trois stars. « Je me sens en danger », explique Michael Jackson alors que c’est Elizabeth Taylor qui conduit. Marlon Brando, avachi à l’arrière, reprend de plus belle en lançant : « C’est comme quand il a senti que Prince voulait tuer son singe à travers des rêves. » Des répliques bien senties qui nous donnent envie de regarder la suite.

 

 

20minutes / Rollingstone


Quelle Version Préférez-Vous ?

21 novembre 2016 - 13:09

(Michael)

 

(Janet)


Label Me Love Ou Label Me Love ?

18 février 2015 - 11:27

Les deux versions sont touchantes et sublimes.

Celle de the Different Shades of Brown ( 1972 ) rappelle beaucoup Jimi Hendrix.

Quant aux Jackson 5 ( 1973 ), on est en droit de se demander d' où vient cette voix bénite qui pince avec douceur et douleur le coeur des gens. We can feel in Mike' s singing this overdose of suffering and this is so painfully smooth...

 

 


Site créé par Rémy Bigot.