Aller au contenu


Photo

Interview De Michael Dans Le Melody Maker De Mars 1980 : "Les Enfants Sont Plus Que Des Adultes"


  • Veuillez vous connecter pour répondre
10 réponses à ce sujet

#1 angele003

angele003

    C'est par la musique qu'a commencé l'indiscipline

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 9 087 messages

Posté 20 avril 2011 - 09:40

Interview de Michael dans le Melody Maker de Mars 1980 :


"Les enfants sont plus que des adultes".



Michael+Jackson+-+Melody+Maker+Magazine+

 


Mars 1980 ~ Michael est sur la couverture de Melody Maker, avec une interview exclusive.

En Mars 1980, Michael était en couverture de la revue musicale Melody Maker, avec une interview exclusive. Une citation qui pour moi se démarque vraiment dans cette interview concernait une chose que Michael a aimé plus que tout - les enfants :

Un de mes passe-temps favoris est d'être avec les enfants - leur parler, jouer avec eux, se rouler dans l'herbe. Ils sont l'une des principales raisons pour lesquelles je fais ce que je fais. Les enfants sont plus que des adultes. Ils savent tout ce que les gens essaient de savoir - ils connaissent tant de secrets - mais c'est dur pour eux de les révéler. Je peux le reconnaître et en tirer des leçons. Ils (les enfants) disent des choses qui vous étonneront. Ils passent par le brillant, des étapes de génie, mais quand ils atteignent un certain âge, ils le perdent. Tellement de gens pensent que certaines choses sont enfantines, mais les adultes ne sont rien de plus que des enfants qui ont perdu toute la vraie magie qu'est de ne pas avoir remarqué puis de creuser et de découvrir. Je crois en ça profondément.
-Michael Jackson


Bien que ça ait été difficile à trouver, j'ai réussi à me procurer une transcription de l'article et de l'interview. En ce temps-là , Michael aurait voulu que Janet joue le rôle d'intermédiaire entre lui-même et l'intervieweur. Il y a aussi une magnifique interview de John Pigeon avec Michael datant de Janvier 1980, où il se sert aussi de Janet de cette manière.

Ci-dessous, le reste de cet article du Melody Maker de mars 1980 accompagné de l'interview avec Steve Demorest.



1 MARS 1980

Michael Jackson: "Le futur Sinatra noir des années 90", ou tout simplement à la recherche d'une évasion vers le ciel ? Steve Demorest a eu la chance de lui parler par l'intermédiaire de sa sœur de 13 ans, Janet.

La voix flottant dans les airs venant de la côte Ouest était aussi douce et légère que celle d'un enfant. C'était Michael Jackson, appelant avec les règles de base pour son interview. CBS International m'avait déjà  mis en garde de ne pas poser des questions comparant les Jacksons à un empire familial du divertissement similaire, avec beaucoup de dents blanches et des émissions spéciales de télévision. Dire, de la persuasion mormone... dire, de l'Utah.

Bien sûr j'ai cédé, et je ne vais pas lui demander ce qu'il pense de Baudelaire ou de l'Afghanistan non plus. Autre chose? Ouais. On m'a dit d'attendre un appel personnel de Michael, et il était là , adoptant un ton de condition. Il voulait me faire poser mes questions à sa sœur. Ensuite, elle les lui répéterait. Il a dit que ça avait à voir avec "quelque chose en lequel je crois".

Oh. Vous voulez dire que je dépose les questions et reprends la bande plus tard, mais je ne suis pas là  lors de la réelle interview ? Non, a-t-il dit, je pourrais être là  et il me répondra.

Hmm, j'y pensais, ce tour en question ne me ressemble pas. De quoi peut-il avoir peur ? Bien sûr, ai-je enfin dit, tout ce qui vous fait vous sentir à l'aise. étrange.


Organiser une interview avec Michael Jackson est une affaire délicate, surtout juste après qu'il ait été mal cité par une importante publication Américaine. Seule une bonne dose de patience tout autour du globe a pu le faire oublier. Il disent que les Jacksons ont vendu plus de disques que personne excepté les Beatles, mais c'était toujours Michael qui avait le plus de charisme. En 1970, quand il était un précoce enfant de 12 ans se pavanant,faisant des spins et chantant avec une sophistication supérieure à celle de son âge, Michael avait une classe naturelle que les filles de dix ans son aîné ne pouvaient retrouver dans leur propre petit ami. En 1979, l'album Destiny de la famille est devenu double platine, et ils prétendent qu'ils ont refusé 10 000 personnes chaque soir où ils remplissaient un des plus grands stades d'Amérique. Michael, cependant, a fait plus de 3 millions de ventes avec Off The Wall à lui tout seul.

Maintenant qu'il a 21 ans, Michael est devenu franchement beau. Vous le prenez à la caméra sortant d'une étrange fumée flanquée de lasers verts, avec son costume noir pailleté étincelant comme une cote de maille moderne, et soudain celui qui autrefois était encore un gamin est devenu un grand prince. La présence sur scène est fabuleuse et vous comprenez pourquoi ils commencent à l'appeler le « futur Sinatra noir des années 90 ».

Notre cadillac grise a grimpé hors d'Hollywood, flotté par-dessus les collines, et s'est engouffrée au milieu des appartements de la vallée de San Francisco. Non loin de l'agitation d'Encino nous avons retroussé nos manches pour ouvrir la porte en fer, sonné à l'interphone pour que les habitants enlèvent le Doberman de la cour, et puis nous nous sommes lancés dans l'allée d'une maison de plein pied. Il y a une Rolls et un couple de Mercedes éparpillés ça et là , mais le camping car brun garé sous le panier de basketball confère une touche familiale. C'est le bien d'une classe moyenne supérieure, mais certainement pas le palais qu'ils pourraient s'offrir s'ils le voulaient.

Janet, 13 ans – Elle-même une enfant star dans la sitcom télévisée Good Times - ouvre la porte comme un jeune enfant dévoué, de petites perles dorées cliquettent à la fin de ses fines tresses à la Bo Dereck. Il n'y a pas de parents dans les environs, pas de manager et pas de garde du corps. En fait, moi-même et Shirley Brooks de CBS (qui s'est poliment retirée dans une autre pièce pour regarder les Rockford Files pour les deux prochaines heures) sommes les plus proches adultes en vue.

Et Michael est là à à à à à à à ! Tranquillement installé dans le hall tapissé à serrer des mains, le charismatique Michael Jackson semble être simplement agréable, mignon, un jeune plutôt timide. Il porte un pull en laine orange, un pantalon large noir, de luisantes chaussures noires qui donnent l'impression d'un chiot ou d'un poulain pas encore complètement développé à la place de ses pieds.

Michael me rappelle que j'ai accepté de procéder avec sa sœur jouant le rôle de notre interprète et nous sommes tous les trois passés dans le modeste salon d'un jaune citron lumineux. J'ai déjà  décidé d'ouvrir avec les questions les plus légères possibles afin qu'il ait le temps de vérifier mon humanité, mais Michael ne le sait pas. Il fait craquer les articulations de ses doigts pendant que j'installe le magnétophone, jusqu'à ce que Janet – assise entre nous - le châtisse légèrement. Il sourit et se détend, tout au long de notre conversation, elle arrivera à tirer sur ses cheveux et effleurer son bras pour le rassurer.


Commençons donc avec Quincy Jones. Tout le monde aime sa production d'Off The Wall. Quincy se souvient avoir rencontré Michael à la maison de Sammy Davis quand le garçon avait dix ans, et le premier souvenir de Michael de Quincy remonte aux coulisses d'une exhibition de Muhammad Ali, mais leur 'vraie' rencontre a eu lieu quand ils ont travaillé ensemble sur "The Wiz" en 1978, euh, j'aimerais savoir comment Michael a décidé que Quincy serait le meilleur producteur pour son album. "Comment as-tu décidé d'avoir Quincy?" répète Janet. Michael sourit. Bon début.

"Un jour j'ai appelé Quincy jusqu'à lui demander s'il pouvait me suggérer quelques personnes intéressantes qui pourraient vouloir faire mon album. C'était la première fois que j'écrivais entièrement et produisais mes chansons, et je cherchais quelqu'un qui pourrait me donner cette liberté, et quelqu'un qui est illimité musicalement. Quincy m'appelle 'Smelly' et il a dit: "Eh bien, Smelly, pourquoi ne pas me laisser faire?' J'ai dit, 'C'est une excellente idée!'" Michael rit comme s'il n'arrive toujours pas à croire qu'il ait été si ingénieux.

"Cela sonnait tellement faux -comme si j'essayais de faire allusion à cela- mais ce n'était pas le cas, je n'y ai même pas pensé. Mais Quincy fait du jazz, il fait des musiques de film, du rock'n'roll, du funk, de la pop - il est de toutes les couleurs, et c'est le genre de personne avec qui je tiens à travailler; je suis allé à sa maison à peu près tous les deux jours, et nous sommes juste restés ensemble." Quincy a-t-il eu beaucoup de bonnes idées pour vous? "Quincy a-t-il eu de bonnes idées pour toi?" chuchote Janet. "Il y a une grande coïncidence qui s'est produite sur cet album. Vous connaissez la chanson de Paul McCartney que j'ai chantée, 'Girlfriend'? La première fois que j'ai rencontré Paul McCartney était sur le Queen Mary, puis je l'ai rencontré de nouveau à une fête qu'il avait organisé au domaine Harold Lloyd, ici à LA. Lui et Linda sont venus vers moi et m'ont dit: 'Nous t'avons écrit une chanson' et ils ont commencé à chanter 'Girlfriend, da-da-dee-dee-dee'. Et j'ai dit, 'Oh, j'aime vraiment ça, quand pouvons nous nous voir?' Alors il m'a donné son numéro d'Ecosse et son numéro de Londres, mais nous ne nous sommes jamais concertés sur l'ensemble de la chose. Par la suite j'ai remarqué qu'il avait la chanson sur son album 'London Town'. Puis un jour je suis allé à la maison de Quincy et il m'a dit, 'Tu sais que c'est une bonne chanson pour toi? Cette chanson de McCartney qui s'appelle 'Girlfriend': j'en suis juste devenu fou."

Michael travaille-t-il vraiment jour et nuit, comme il l'écrit dans sa chanson ?[/i] [b]Janet transmet la question. Working day and night est très autobiographique de bien des façons même si j'ai fait des concessions en jouant le rôle comme si j'étais marié à cette personne. Mais ce n'est pas comme de l'esclavage. J'aime ça, ou je n'aurais pas pu y survivre si longtemps."

"Longtemps" est juste. Michael a commencé le divertissement localement à Gary, en Indiana, lorsqu'il avait six ans, et après quinze ans il est probablement l'enfant star le plus durable après Shirley Temple. élevé sous les projecteurs, ce gars a grandi dans la magie. Les performeurs ne sont pas plus naturels que Michael Jackson. Est-ce que la plupart de son travaille sur scène est plutôt spontané?[/i] [b]"Je vais vous dire la simple vérité," dit-il, oubliant d'attendre Janet, " Je ne savais pas ce que je faisais au début- Je le faisais juste. Ma danse vient à peu près spontanément. J'ai fait certaines choses pendant des années jusqu'à ce que les gens les associent à mon style, mais toutes les réactions sont spontanées."

"Beaucoup de personnes n'arrivent pas à accepter le fait que vous êtes une autre personne sur scène. Ils viendront vers moi et diront, 'faites le spin que vous faites à la télé.' C'est tellement dur. Je ne sors pas vraiment dans les clubs et les discothèques. Parfois vous pensez que vous allez vous glisser dans un film et que personne ne va vous voir, mais dès que vous poussez la porte le stylo et le papier et aussi les photos sont là ." Le seul endroit où il aime aller est le Studio 54 à New York.

"C'est tellement théâtral et dramatique," dit-il. "Les gens viennent là  comme des personnages et c'est comme aller à une pièce de théâtre. Je pense que c'est la raison psychologique pour l'entière folie disco: vous accédez à ce rêve dans lequel vous voulez être et vous devenez juste fou avec les lumières et la musique, et vous êtes dans un autre monde. C'est très divertissant. Je n'y participe pas. Je prends juste de la hauteur sur le balcon et regarde vers le bas toutes ces folies et ça me donne des idées. Il est important de savoir ce que le public veut."

Un perroquet dans une autre pièce est en train de piailler, "Michael! Michael!" Janet est juste spectatrice maintenant, tranquillement assise. Je me demande si la plupart des amis de Michael sont des artistes, et il confirme. "La plupart du temps vous comprenez plus facilement. Tatum (O'Neal) me téléphonera et dira, 'Hé, tu veux aller quelque part?' Ou quand Stevie (Wonder) veut sortir, il va me téléphoner. Un de mes passe-temps favoris est d'être avec les enfants - leur parler, jouer avec eux, se rouler dans l'herbe. Ils sont l'une des principales raisons pour lesquelles je fais ce que je fais. Les enfants sont plus que des adultes. Ils savent tout ce que les gens essaient de savoir - ils savent tant de secrets - mais c'est dur pour eux de les révéler. Je peux le reconnaître et en tirer des leçons. Les adultes ne sont rien de plus que des enfants qui ont perdu toute la vraie magie qu'est de ne pas avoir remarqué puis de creuser et de découvrir. Je crois en ça profondément. C'est pourquoi je n'ai jamais pris de drogues ou consommé d'alcool. J'ai goûté au Champagne, mais je n'en bois pas."

"Quand les gens portent des toasts, je viens juste de prendre mon verre. Parce que j'aime trop la nature - comme elle." Il pointe du doigt Janet, qui sourit. "Et puis je suis fou des oiseaux et des animaux et des chiots. Et j'aime les choses exotiques. J'ai eu des lamas, des paons, un rhea - qui est le second plus grand oiseau au monde- un ara, des faisans, des ratons laveurs, des poulets... tout. Maintenant, je vais avoir un faon. Et un flamant rose. Je ne pense pas que je veuille un cougar, mais je veux un chimpanzé -ils sont si mignons. Ooooooh, je me sens si bien avec les animaux" Sa voix vacille et sa main se resserre sur son front tendu. Omigod... Je pense que cet agneau est si ému qu'il est vraiment sur le point de pleurer. Que puis-je dire maintenant?

Rien ne peut m'atteindre quand je suis sur scène -rien. C'est vraiment moi. C'est ce que je fais ici.
-Michael Jackson

Le silence s'installe dans la pièce. Janet tapote gentiment le bras de son grand frère. Michael, ne pensez-vous pas qu'il soit possible d'apprécier l'évasion un peu trop? "Non, je ne pense pas. Il y a une raison pour laquelle Dieu a fait le coucher de soleil rouge ou violet ou vert. C'est beau à regarder -c'est une minute de joie. Cela vous fait vous sentir bien, et c'est ce qui vous permet de faire des choses. Comme quand je suis à 40,000 pieds dans les airs dans un Jumbo Jet de nuit et que c'est l'aube. Tout le monde dans l'avion est endormi, et je suis ici dans le cockpit avec les pilotes car ils m'ont laissé venir là  avec eux. C'est tout simplement incroyable de voir un lever de soleil et d'être là -bas avec lui. Les pilotes me disent, ' J'aimerais ne pas avoir à redescendre et recharger en carburant. Mon souhait serait de rester ici pour toujours. Toujours'. Et je comprends tout à fait ce qu'ils veulent dire. Quand je suis devant 40 000 personnes, c'est si facile. Rien ne peut m'atteindre quand je suis sur scène -rien. C'est vraiment moi. C'est ce que je fais ici."

C'est bien ça. élevé sur demande et nourri dans les rêves de millions de fans, ce gars s'échappe vers le ciel et il ne veut pas redescendre.



mjj-777 / Traduction : Lisa.why - MJACKSON.FR


Modifié par angele003, 16 septembre 2014 - 15:21.
MàJ


#2 missjen27

missjen27

    Rang: 5 bouboules :D

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 219 messages
  • Lieu : Mons, Belgique

Posté 20 avril 2011 - 12:40

C'est vraiment étrange qu'on doit d'abord poser à sa soeur :unsure:

Sinon merci pour la transcription j'aime beaucoup ses vieilles interviews (;

Image IPB Image IPB
"I liked Michael Jackson before he was dead ..."


#3 Angeleyes

Angeleyes

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 2 667 messages

Posté 20 avril 2011 - 14:00

C'est vraiment étrange qu'on doit d'abord poser à sa soeur :unsure:

Peut-être pour laisser la parole à une enfant, les enfants en qui il avait toute confiance.

#4 missjen27

missjen27

    Rang: 5 bouboules :D

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 219 messages
  • Lieu : Mons, Belgique

Posté 20 avril 2011 - 14:17

Moui m'enfin les questions ils les entends quand même quand il les posent à sa soeur x)

Enfin bon encore une de ces lubies je suppose :rolleyes:

Image IPB Image IPB
"I liked Michael Jackson before he was dead ..."


#5 Axaba

Axaba

    Même pas peur

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 11 151 messages
  • Lieu : Sole

Posté 20 avril 2011 - 14:46

Merci pour le partage.

La phrase de conclusion est juste, je trouve.

#6 AppleHead03

AppleHead03

    Fire walk with me

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 3 497 messages

Posté 20 avril 2011 - 18:01

Merci pour l'article !


Dans le livre de Taraborrelli, une des interviews se passe de la même manière.

Image IPB


J'aime les excréments qui ont une forte odeur. (Merci L0u)


#7 Sowjackson

Sowjackson

    I am P.Y.T

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 736 messages
  • Lieu : Somwhere over the rainbow where skys are blue ...

Posté 20 avril 2011 - 18:29

Merci pour l'interview ;)

Belle interview, je comprend un petit peu l'intermédiaire de Janet, peut être pour être plus à l'aise....

Image IPB






Your touch, your smile, your hand, your Intelligence ...




#8 Lisa.why

Lisa.why

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 2 771 messages

Posté 20 avril 2011 - 18:56

Le passage où Michael parle des animaux avec le commentaire de Steve m'a fait mourir de rire :lol:
.

#9 little.alien

little.alien

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 2 645 messages

Posté 21 avril 2011 - 09:25

Je pense que l'intermédiaire avc Janet, c'était pour démontrer quelque chose, peut-être, sur le fait que les enfants savent la vérité comme il le dit dans l'interview. Enfin je suppose.

Psyk, Folk et Flux bientôt en concert à Cramoisy !!!


#10 Emjie discovery

Emjie discovery

    Beat It

  • Membre
  • PipPipPip
  • 272 messages

Posté 21 avril 2011 - 17:16

Belle interview, je comprend un petit peu l'intermédiaire de Janet, peut être pour être plus à l'aise....


je pense pareil.C'est peut etre que de la timidité.C'est une supposition,je pense qu'a un moment il a du croire trouver la manière pour mieux s'expliquer et se détendre en interview, en faisant comme si c'etait une conversation banal et privé avec sa petite soeur.
Image IPB

#11 Neverneverland

Neverneverland

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 076 messages
  • Lieu : Neverland une place au soleil

Posté 16 septembre 2014 - 09:14

Il se dégage une telle candeur des mots de M J ... Et cette particularité qu' il possède d' être à la fois fragile et fort ...  :love4:






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Site fondé par Rémy Bigot.