Aller au contenu


Photo

Franck Cascio


  • Veuillez vous connecter pour répondre
261 réponses à ce sujet

#61 DétectiveMJ

DétectiveMJ

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 123 messages

Posté 11 janvier 2012 - 19:15

Enorme merci pour cette traduction!
Elle donne envie de lire le livre!

Pensez-vous qu'on ait une chance de le voir traduit en français?

J'aime particulièrement ce passage :

Il aimait enseigner la lecture, et il aimait partager tout ce qu'il avait à l'intérieur de lui , partager son expérience avec nous. Il allait sur scène et revenait nous lire un livre. Un des premiers livres qu'il m'a lus était Jonathon Livingston Seagull par Richard Bach. Il l'a rendu tellement intéressant. Je n'étais pas vraiment concentré dans la lecture et il disait: «Si tu ne lis pas, alors tu vas devenir un clochard et tu ne vas jamais rien faire de ta vie. Savoir, c'est pouvoir. Est-ce que tu veux rester ignorant toute ta vie et ne rien savoir? De cette façon, tu n'iras nulle part dans la vie, mais ça te regarde ". Il a rendu la lecture et la connaissance et la narration tellement amusantes. On lisait un chapitre et puis on en discutait.
La leçon finale de Jonathon Livingston Seagull était qu' il y a plus à attendre de la vie que ce qui semble être. Jonathon a été la mouette qui voulait voler plus haut que n'importe quel autre goéland, avec l'envie de voyager et de voler aussi vite que la lumière. Tout le monde lui a dit: «Tu es une mouette, tu ne peux pas le faire". C'est l'histoire d'une mouette qui pouvait faire quelque chose parce qu'elle le voulait, l'avait en son esprit et croyait en elle.
C'est le le premier livre qu'il m'a lu et qui m'allait, et puis il a suggéré un autre livre après ça. Il aimait lire et discuter de tout. Il était super, parce qu'il expliquait les choses après les avoir lues, et on voulait plus. Il disait: "Vous savez quoi, c'est tout ce que vous allez obtenir pour aujourd'hui. Nous allons mettre ça de coté pour le moment ".


Lauren: Comment savait-il comment faire? Il ne le faisait pas comme un enfant, n'est-ce pas?

Frank: Il a appris tout seul. Il voulait en savoir plus, tout comme Jonathan, et il a commencé à faire des recherches. Une chose qu'il disait toujours: «Vous pouvez prendre tout mon argent, mais ne prenez jamais mes livres. Sans la connaissance de la façon de gagner de l'argent, vous n'aurez jamais rien ». Il disait: «Je peux te donner un million de dollars ou je peux t'apprendre comment faire un million de dollars." Je disais: «Eh bien, dis-moi comment faire un million de dollars". Bonne réponse.

Si tu veux faire du monde un endroit meilleur
Porte un regard sur toi-même et change !
Michael Jackson(Man in de Mirror)

#62 mjdfan

mjdfan

    bright are the stars that shine, dark is the sky

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 508 messages

Posté 11 janvier 2012 - 21:04

L'album Michael me reste toujours en travers de la gorge, et je ne préfère même pas en parler.

Mais bizarrement je ne remets pas en question la sincérité de Frank en écrivant son bouquin.
Dans le liens posté (merci beaucoup pour le liens et la trad d'ailleurs), il dit qu'il a commencé à écrire pour laisser les choses s'exprimer sur papier, une façon de faire avec le chagrin causé par sa mort. C'est peut être 100% bullshit pour paraître moins intéressé par l'argent. Mais je comprend tout à fait ce besoin d'écrire comme thérapie.

Je n'ai lu que les première pages dispo sur amazon mais j'ai l'impression que le but de ce bouquin est vraiment de réabiliter Michael, de montrer en quoi, tout en étant un être extraordinaire, il était si humain. J'aime beaucoup le fait qu'il ne l'encense pas non plus, qu'il le présente comme un humain, plein de défauts comme nous tous mais pas ceux que les médias ont voulu faire croire.

D'après ce qu'il dit, le déclic entre l'écriture thérapeutique et la sortie d'un bouquin ça a été le raz-le-bol d'entendre "expert en MJ" par-ci et par là . Et je peux tout à fait comprendre que du point de vue d'un proche ça peut être franchement irritant d'entendre ça de la part de gens qui ont peut être croisé Michael 3 fois dans leur vie alors qu'on a grandit à ses côtés.

Je suppose que le fait d'être silencieux ou non n'est pas un gage d'honnêteté ou de sincérité mais seulement de personnalité. Ya des gens qui laissent pisser, se disant "je m'en fous des gens, ils pensent ce qu'ils veulent, moi je sais qui il était vraiment et c'est ça qui compte". Et d'autre qui ont besoin de rétablir la vérité parcequ'ils ne supportent pas d'entendre des conneries dites à son sujet. C'est la mêem chose chez les fans. On a tous nos personnalités et chacun a une manière différente de gérer les agressions envers Michael. D'ailleurs ça peut évoluer avec le temps. A mes début j'étais du genre à m'engager dans des débats de 3 heures pour réhabiliter Michael, aujourd'hui ça m'arrive encore mais quand je juge que mon interlocuteur est trop dumb, je laisse juste tomber.

Et pour ces gens qui veulent rétablir la vérité, leur vérité, eh bien leur outil c'est leur expérience. Et pour retranscrire la perception qu'eux avaient de Michael, ils essaient de retranscrire leur quotidien avec lui, et ça passe par des anecdotes à base de pop corn, de chute dans les escalier ou de nouvelles chaussures. Parceque c'est ça précisément qui faisait de Michael un humain.

Bref, je viens de commander ce bouquin et je compte bien le lire parceque je porte un immense intérêt à l'homme qu'était Michael et j'aime essayer de cerner sa personnalité si complexe et incernable ^^

Après oui, il y a le problème de la vie privée. Est-ce que Michael aurait approuvé un tel livre je n'en sais rien. Je pense qu'il voulait sincèrement que les gens se rappelle parfois aussi à quel point il était humain, à quel point il était loin de ce que les média en disait. S'il aurait accepté que ça passe par un bouquin bourré d'anecdotes perso encore une fois il n'est pas là  pour le dire. Mais compte tenu des intentions en acceptant de tourner avec Oprah ou Bashir, il y a autant de raisons de penser qu'il aurait accepté que non.
Dans le doute, certain préfèreront ne pas lire ce livre et je comprend et respecte à 1 milliard de pourcent.


(l'anecdote sur la volonté de créer un musée des oeuvres des fans à Neverland est touchante je trouve!)

Un blog de mes aventures chez les Yankees



('.'┐) ┐('.'┐) (┌'.')┌ ┐('.'┐) (┌'.')┌ (┌'.')┌ cus' this is thriller, thriller night...


#63 RockYourWorld

RockYourWorld

    Obli♦ion

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 18 565 messages
  • Lieu : Temple of my GOD

Posté 06 juin 2012 - 19:04

Franck Cascio en France ( demain soir au Grand Journal de Canal+ )



Pour ceux qui ne savent pas Franck Cascio est actuellement en France pour la promo de son livre, et justement aujourd'hui il était en dédicace.


Par ailleurs il fera le tour de plusieurs télé à partir de demain, dont BFM ( show biz ) et il sera présent au Grand Journal sur Canal+ demain ( dont d'autres émissions de prévues dans les jours/semaines à venir ).


Perso j'en attends pas grand chose ( parce que je doute que les journalistes reviennent sur l'histoire des fakes avec insistance, je pense qu'il lui poseront plus des questions sur son livre, sur des anecdotes et sa relation avec Michael que sur les sujets qui fâchent ), mais l'info vaut d'être partagée pour que chacun se fasse son avis ( ou pas ).

#64 Axaba

Axaba

    Même pas peur

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 11 163 messages
  • Lieu : Sole

Posté 07 juin 2012 - 09:35

C'est bon à savoir en effet. Comme ça je sais qu'il ne faudra pas que je regarde ^^.

#65 Petillantes

Petillantes

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 164 messages
  • Lieu : Neverland

Posté 07 juin 2012 - 14:27

Merci beaucoup pour ces infos RockYourWorld :)

Image IPB


#66 NiKo

NiKo

    Fantôme de passage...

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPip
  • 4 805 messages

Posté 07 juin 2012 - 16:04

Il y a déjà  eu un reportage sur lui hier soir sur M6 dans le 19/45, voici le lien c'est vers 14 minutes et 50 secondes >> http://www.m6replay....o/le-1945/49662

Où ici >>
http://www.wat.tv/vi...ya7_2exyv_.html

Image IPB


#67 RockYourWorld

RockYourWorld

    Obli♦ion

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 18 565 messages
  • Lieu : Temple of my GOD

Posté 07 juin 2012 - 18:54

Bon vu sur Canal +, c'était pas intéressant ( fallait s'y attendre ), parce que les questions du Grand Journal ne volent pas haut ( comme d'hab ) et c'était court.

Bien entendu aucunes questions sur les fakes n'ont été posées.


Autrement de ce que j'ai lu par rapport à la séance de dédicace/interview faite à la FNAC, certains fans ont trouvé intéressant les choses que racontait Cascio sur les anecdotes avec Michael, cependant aurait posé des questions au sujet des chansons fake et Cascio aurait évité de répondre en étant le plus flou possible ( en étant embarrassé ).

#68 MJDB

MJDB

    ♥ ♥ Always lost ♥ ââÂ

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 6 105 messages
  • Lieu : La Rochelle (17)

Posté 07 juin 2012 - 19:07

Interview du 06.06.2012 à la Fnac





Image IPB

I LOVE YOU MY ANGEL

Image IPB

Image IPB

I MISS YOU


#69 angele003

angele003

    C'est par la musique qu'a commencé l'indiscipline

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 9 087 messages

Posté 07 juin 2012 - 21:06

Bon vu sur Canal +, c'était pas intéressant ( fallait s'y attendre ), parce que les questions du Grand Journal ne volent pas haut ( comme d'hab ) et c'était court.

Bien entendu aucunes questions sur les fakes n'ont été posées.


Autrement de ce que j'ai lu par rapport à la séance de dédicace/interview faite à la FNAC, certains fans ont trouvé intéressant les choses que racontait Cascio sur les anecdotes avec Michael, cependant aurait posé des questions au sujet des chansons fake et Cascio aurait évité de répondre en étant le plus flou possible ( en étant embarrassé ).

Ouais c'est clair.




Merci pour les vidéos MJDB^^

#70 MJDB

MJDB

    ♥ ♥ Always lost ♥ ââÂ

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 6 105 messages
  • Lieu : La Rochelle (17)

Posté 07 juin 2012 - 21:10

De rien,je regarderais plus tard les vidéos.

Image IPB

I LOVE YOU MY ANGEL

Image IPB

Image IPB

I MISS YOU


#71 sophie93

sophie93

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 3 238 messages
  • Lieu : Aulnay sous bois

Posté 07 juin 2012 - 22:23

Vous verrez, Franck, dans l'interview dit qu'il n'est pas Eddy, qu'il est Franck et que les chansons ne le concernent pas. Et que de toute façon, ça n'est pas sa motivation, que ce qui compte pour lui, c'est de parler de sa relation avec Michael.

Au passage, Richard Lecocq en profite pour donner son point de vue sur les fameuses chansons et affirme que lui aussi ne croit pas qu'il s'agisse de la voix de Michael.

Image IPB


Tell me what about it !


#72 angele003

angele003

    C'est par la musique qu'a commencé l'indiscipline

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 9 087 messages

Posté 08 juin 2012 - 06:35

Vous verrez, franck, dans l'interview dit qu'il n'est pas Eddy, qu'il est Franck et que les chansons ne le concernet pas. Et que de toute façon, ça n'est pas sa motivation, que ce qui compte pour lui, c'est de parler de sa relation avec Michael.

Au passage, Richard Lecocq en profite pour donner son point de vue sur les fameuses chansons et affirme que lui aussi ne croit pas qu'il s'agisse de la voix de Michael.

C'est bien lui qui disait le contraire ?!

En fait, il botte en touche quand il y a les questions sur l'album. C'est bizarre qu'il n'ait pas une réponse toute faite. C'était prévu qu'il y ait ce genre de questions.

Je n'ai pas encore regardé toutes les vidéos mais il a quelque chose de touchant, on va dire, quand il parle.

#73 RockYourWorld

RockYourWorld

    Obli♦ion

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 18 565 messages
  • Lieu : Temple of my GOD

Posté 08 juin 2012 - 11:14

C'est bien lui qui disait le contraire ?!


En fait lors de son passage tv il n'avait pas donné de précision.

En revanche ensuite il a fait un article sur son site donnant sa vision des choses sur l'album et à ce moment il a précisé qu'il pensait que les chansons dites "fakes" ( du moins les titres Cascio ), ne contenaient pas ( que? ) la voix de Michael.


En fait, il botte en touche quand il y a les questions sur l'album. C'est bizarre qu'il n'ait pas une réponse toute faite. C'était prévu qu'il y ait ce genre de questions.


Peut-être qu'il s'y attendait pas ou bien que le staff autour lui a peut-être assuré qu'il n'y aurait pas de questions sur ce sujet.

Parce que pour qu'il soit aussi flou c'est que ça l'a vraiment destabilisé, ou alors carrément il avait peut-être une réponse toute faite, mais justement n'étant pas à l'aise sur le sujet il en a perdu son argumentaire ( je sais, ça fait beaucoup de "peut-être" mais j'évoque différentes hypothèses possible ).

#74 sophie93

sophie93

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 3 238 messages
  • Lieu : Aulnay sous bois

Posté 08 juin 2012 - 18:31

Article dans le journal parisien gratuit "METRO" de ce matin :

Frank Cascio : "Michael Jackson n'était pas un pédophile"

Ami proche de Michael Jackson, assistant personnel à la fin des années 1990, Frank Cascio se confie dans « Mon ami Michael » (Michel Lafon). Pour Metro, il raconte sa relation unique avec le king of pop.

Fils du manager d'un cinq étoiles de Manhattan, Frank Cascio n'avait que 4 ans lorsqu'il a rencontré Michael Jackson pour la première fois. Par la suite, sa famille a régulièrement hébergé le chanteur qui fit de Frank son homme de confiance à la fin des années 1990. Trois ans après la mort tragique du chanteur, il offre un regard inédit sur l'un des plus grandes légendes de l'histoire de la musique.

Pourquoi publier ce livre alors que vous êtes resté discret, voire très secret pendant toutes ces années auprès de Michael Jackson ?

Longtemps l'idée d'écrire un livre sur Michael m'a paru totalement absurde. En vérité je n'y avais même jamais vraiment pensé. Le jour de sa mort, j'ai d'ailleurs reçu une proposition d'un million de dollars pour raconter mes années à ses côtés et j'ai trouvé ça totalement déplacé. Vulgaire. J'ai été élevé par des parents incroyables qui m'ont transmis leur intégrité et une certaine morale... C'était insultant de me proposer tout cet argent. Après la mort de Michael, j'ai décidé de faire le point sur ma vie, je me suis installé chez des amis en Allemagne, et j'ai commencé à écrire. Des pages et des pages. C'était comme une thérapie, pour surmonter cette épreuve. Pas dans l'idée d'être publié.

Qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis ?

Lorsque j'ai vu tous ces gens publier des livres sur Michael alors qu'ils ne l'avaient jamais rencontré. Comment peut-on s'improviser "expert" ou "ami" de quelqu'un lorsqu'on l'a à peine croisé dans la rue ? Au bout d'un moment j'ai estimé qu'il était mon devoir de donner ma version des choses. Rien n'arrive par hasard. Ma relation de plus de 25 ans avec Michael n'est pas une coïncidence. Personne d'autre que moi ne pouvait écrire ce livre. J'ai rencontré Michael à l'âge de 4 ans, j'ai commencé à travailler pour lui alors que je sortais à peine de l'adolescence. Personne n'a passé autant de temps avec lui, du soir au matin, dans les bons comme dans les mauvais moments. Avec ce livre, je voulais remettre les choses dans leur contexte. Avec honnêteté, sans sentimentalisme excessif. Je voulais parler de l'ami, de l'être humain. Pas du roi de la pop.

Quelle est l'idée pré-conçue au sujet de Michael que vous vouliez balayer avec ce livre ?

Michael Jackson n'était pas un pédophile. Quand j'entends ça... C'est juste dégoutant. Je l'ai connu pendant 25 ans, j'ai été l'un de ces petits garçons qui ont dormi chez lui à Neverland. Et je peux affirmer qu'il n'a jamais eu d'attirance sexuelle pour les enfants. Personnellement j'estime qu'abuser d'un enfant, c'est pire que d'être un tueur en série. Et je sais que Michael le pensait aussi.

Comment réagissait-il à ces accusations. Etait-il en colère ? Accablé ?

Vous savez quoi ? Lorsqu'en 1993, on l'a accusé à tort d'avoir abusé de Jordan Chandler, il a eu de la peine pour ce petit. Parce qu'il savait qu'il était manipulé par son père. La deuxième fois, en 2004, lorsqu'il a été accusé par Gavin Arvizo... Tout ce que je peux dire c'est que la mère de ce garçon est une cinglée qui devrait être enfermée dans un hôpital psychiatrique. Une personne capable d'utiliser le cancer de son enfant pour faire de l'argent.... Michael voulait aider ces gens, il voulait leur donner de l'espoir...

Il était naïf ?

Son coeur était trop grand, il voulait sauver tout le monde. Et à l'arrivée, c'est lui qui était blessé, manipulé, abusé un nombre incalculable de fois. Ce que je n'arrive juste pas à comprendre, c'est comment le système judiciaire américain peut aller aussi loin, comment il peut écouter des gens raconter n'importe quoi. Moi par exemple j'ai été accusé de vouloir enlever les Arvizo. De vouloir les emmener au Brésil pour qu'ils soient exécutés. Comme si j'étais Tony Soprano !

Revenons au Michael artiste. Comment expliquait-il le fait qu'il soit devenu mille fois plus populaire que ses frères ?

Michael, c'était Harry Potter. Il était magique, béni des dieux. Non seulement il avait du talent, mais ce qui le différenciait de ses frères, c'est le travail. Rien ne pouvait le distraire dans sa quête de perfection. C'est l'une des nombreuses choses que j'ai appris de lui : que vous soyez concierge, chef ou chanteur... Il ne faut jamais rien lâcher. Il me disait que lorsque ses frères allaient jouer au basket, lui continuait à répéter les chorégraphies des Jackson 5. Et lorsqu'ils avaient fini de jouer, c'était lui qui leur apprenait les pas de danse ! Michael voulait être le meilleur et rien ne pouvait l'arrêter. Cette obsession, c'est aussi ce qui l'empêchait de trouver l'amour.

C'est à dire ?

Michael a vu le mariage de Jermaine briser les Jackson 5. il a vu ses frères épouser des femmes, divorcer, perdre leur argent, ne plus avoir le temps de penser à la musique. Ca l'a marqué profondément.

Il voulait une famille, mais pas avec les mauvais côtés ?

Non, il voulait une famille comme les autres. D'ailleurs il pensait vraiment que ça marcherait avec Lisa Marie Presley lorsqu'il l'a épousé. Parce qu'ils venaient tous les deux du même univers. Et tout simplement parce qu'il l'aimait. Le problème, c'est qu'il avait passé sa vie à ne faire que ce qu'il voulait, quand il le voulait. Il ne savait pas faire de compromis, les petits sacrifices nécessaires quand on veut qu'une relation marche.

Que trouvait-il dans votre famille qu'il ne trouvait pas dans la sienne ?

Nous n'attendions rien de lui. On l'aimait sincèrement. Pour nous il était Michael, pas le « king of pop ». Avec nous il fêtait des anniversaires, des Noël, des dîner de Thanksgiving. Avec les Jackson, c'était toujours plus compliqué. Il y avait beaucoup de jalousie au sein de cette famille, surtout de la part de Jermaine envers Michael. Jermaine lui a d'ailleurs crée pas mal de problèmes en signant des contrats bidons pour faire de l'argent. A chaque fois qu'un Jackson avait un souci financier, c'était Michael qui payait.

De quelle façon parlait-il de son père Joe ?

Leur relation était complexe. C'est quelqu'un qu'il aimait et qu'il respectait, même s'il avait été très dur avec lui et ses frères. Michael a beaucoup appris de Joe, en positif comme en négatif d'ailleurs. Avec ses enfants, il voulait être tout l'inverse de son père. Il disait sans cesse « pourquoi Joe ne peut-il pas être un père comme les autres ? Un grand père comme les autres ? ».

Vos relations ont-elles changé lorsque Michael vous a proposé d'être son assistant personnel, à la fin des années 1990 ?

Oui et non. Ce que Michael attendait de moi, c'était un soutien pratique dans la vie de tous les jours. S'il avait besoin de nouvelles chaussettes ou d'une eau de Cologne, j'allais au magasin à sa place puisque sa notoriété l'en empêchait. Ce qu'il voulait aussi, c'est m'apprendre la discipline, me façonne d'une certaine manière. Et parfois il était très très dur. J'étais la personne la plus proche de lui et lorsqu'il était en colère, c'est sur moi que ça retombait. J'étais son punching ball (rires). Au début c'était compliqué. Au bout de quelques mois, on a réussi à séparer l'amitié et le travail. Mais son discours était clair. Il disait : des tas de gens rêvent d'être à ta place. Et t'ai choisi pour une bonne raison : je te connais depuis que tu es un bébé, je te fais confiance... Et je sais comment tu fonctionnes !

Sa mort vous a-t-elle totalement surpris ?

C'est difficile à dire. (il soupire). Après le procès de 2005, il était très vulnérable et il s'est entouré de gens horribles comme Raymone Bain, une femme qui s'est retrouvée à la tête de la Michael Jackson Company. J'ai vu beaucoup de conseillers défiler dans la vie de Michael. C'était la pire. Elle a abusé de sa faiblesse. En 2007, Michael a débarqué chez mes parents sans prévenir. Il était au fond du trou et on l'a aidé à se remettre au travail après toutes les crasses qu'elle lui a fait. A l'époque, il était totalement clean, il n'y avait aucun docteur dans son entourage. Et il attendait beaucoup du prochain chapitre de sa vie. Que s'est-il passé ensuite ? Je pense qu'il s'est à nouveau entouré de mauvaises personnes. Qu'il a été manipulé et qu'il était trop seul pour faire la distinction. Moi, je n'hésitais pas à lui dire lorsqu'il déconnait. Et certaines personnes ont tout fait pour nous éloigner l'un de l'autre. Des gens qui lui disait « oui Monsieur Jackson, bien sûr Monsieur Jackson ». Il était devenu un carnet de chèques. Avec moi, il y a eu de belles engueulades. Mais il finissait toujours par rappeler. Parce que c'est ça l'amitié : se dire les choses en face lorsque c'est nécessaire.

Regrettez-vous de ne pas être intervenu lors des dernières semaines ?

J'essaie de ne pas trop y penser. (Il fait une pause) Frank DiLeo, qui était redevenu son manager en 2009, voulait se débarrasser du Docteur Murray. Il était en train de comprendre ce qui se tramait autour de Michael. Frank avait d'ailleurs proposé que je revienne travailler à ses côtés, pour les concerts prévus à Londres... Si j'avais été là , peut-être qu'il ne serait pas mort.

Vous rappelez-vous de votre dernière conversation avec Michael ?

Peu de temps avant sa mort, au téléphone. Il se préparait à se rendre aux répétitions du concert et il m'a dit « See you in London »... C'est la dernière fois que je lui ai parlé.

source : métro
http://www.metrofrance.com/culture/frank-cascio-michael-jackson-n-etait-pas-un-pedophile/mlfg!DCN0D9myjFWSY/


Ca m'a fait un choc, le gros titre écrit en caractère gras, ce matin ! Je me suis dit, c'est bien, ce journal n'a pas peur de recrier haut et fort les propos de Franck Caschio. J'ai comme eu le sentiment qu'il y avait un retournement de situation, ça m'a mis la larme à l'oeil (et oui ! Toute seule dans le RER)

Image IPB


Tell me what about it !


#75 MJDB

MJDB

    ♥ ♥ Always lost ♥ ââÂ

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 6 105 messages
  • Lieu : La Rochelle (17)

Posté 08 juin 2012 - 19:30

Merci Sophie :)

Image IPB

I LOVE YOU MY ANGEL

Image IPB

Image IPB

I MISS YOU


#76 angele003

angele003

    C'est par la musique qu'a commencé l'indiscipline

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 9 087 messages

Posté 09 juin 2012 - 08:32

Interview de Frank Cascio



Image IPB






Fraichement arrivé de New York, Frank Cascio s'est installé dans un discret hôtel du 6ème arrondissement à Paris pour le lancement de son livre « Mon ami Michael ». Sorti en France le 07 juin aux éditions Michel Lafon, ce témoignage propose de découvrir le monde de Michael Jackson sous un jour inédit : Frank Cascio faisait partie des proches du Roi de la Pop et l'a côtoyé pendant un quart de siècle. Plus récemment, son nom de famille a été entaché par la polémique concernant 3 chansons publiées sur le CD posthume MICHAEL. Il était grand temps de se retrouver pour aborder cette question mais aussi les autres nombreux moments que les deux hommes ont pu partager... En attendant notre podcast exclusif, voici quelques passages de l'interview.



MJJNews.fr : Tu as fait partie des personnes qui ont vu Michael évoluer pendant de longues années...
Frank Cascio : J'ai rencontré Michael à l'âge de 4 ans. Pendant 25 ans, j'ai occupé différents postes à ses côtés. Il était comme un père et frère pour moi. Il était tout, mon professeur, mon mentor, un membre de ma famille. Pendant 25 ans, peu importe ce que je pouvais faire pour lui, j'étais prêt à le faire. J'ai été son assistant, sa nourrice pendant un temps, son manager... Tout ce dont Michael avait besoin, j'essayais de le faire pour lui.



MJJNews.fr : Qu'est-ce qui t'a motivé à écrire ce livre ?
Frank Cascio : Je n'avais jamais songé écrire un livre avant. Mais j'ai vu des gens qui se sont auto-proclamés « amis de Michael » et qui ont écrit des livres pour faire de l'argent sur lui, profiter de sa renommée. Lorsque Michael est décédé, c'était un moment particulier pour moi, j'étais perdu, triste, je ne savais plus où j'allais. Son décès m'a beaucoup affecté. J'étais en Allemagne et j'ai commencé à écrire, sans cesse. J'ai couché beaucoup de nos histoires sur papier. C'était comme une thérapie pour moi. Juste après son décès, des gens m'ont appelé pour m'offrir des sommes extravagantes pour écrire un livre. Je leur disais « Vous blaguez ou quoi ? Il était comme un père pour moi. Vous voulez que j'écrive un livre ? » Je me suis senti insulté. Je suis heureux d'avoir été élevé dans une famille où la morale et le respect sont importants. Puis j'ai réglé certains problèmes et je me sentais mieux mentalement. Les fans à travers le monde n'ont cessé de me poser des questions au sujet de Michael. Et je voyais ces autres personnes se proclamer « experts en Michael Jackson » ou « meilleurs amis de Michael Jackson » et défiler sur le plateau de Larry King. Ils disaient connaitre l'homme sans l'avoir rencontré. Mon but est de protéger l'héritage de Michael Jackson et je voulais écrire un livre qui permettrait de raconter qui était le Michael que j'ai fréquenté pendant 25 ans. Je voulais présenter au monde Michael Jackson l'être humain, mon ami, celui que j ai connu dans l'intimité. Pour le monde il était le Roi de la Pop. A mes yeux il était Michael, mon ami. (...) Dans la vie je ne crois pas aux coïncidences, je crois que les événements ont un sens. Il y a toujours une raison. Ce n'est pas un hasard si pendant 25 ans nous avons eu cette relation, qui s'est construite avec le temps. Il y a eu des gens qui ont été proches de Michael et qui ont disparu. Ma famille a eu la chance de faire partie de sa vie et d'être là  pour lui pendant 25 ans. Il a ainsi pu être heureux et avoir accès à une certaine normalité. Nous le traitions comme un être humain, pas comme Michael Jackson la Pop star.



MJJNews.fr : Michael a déclaré à plusieurs reprises ne plus vouloir effectuer de tournée. Pour Invincible il souhaitait s'impliquer différemment, notamment à travers des événements comme la séance de dédicaces au Virgin Store à New York (c'était une première dans sa carrière solo). Tu étais à ses côtés à cette époque : peux-tu nous en dire plus sur cette campagne qui finalement n'a jamais eu lieu ?
Frank Cascio : Michael a pris beaucoup de temps pour faire invincible. Son esprit était ailleurs, il était en compétition contre lui-même. Il n'avait plus rien à prouver. Il avait tout accompli. Il a pris son temps pour faire invincible car il cherchait une nouvelle direction. Et dès qu'il a commencé à travailler avec Rodney Jerkins je l'ai vu trouver la direction qu'il cherchait et le son qu'il voulait développer. Mais ça a pris du temps. Il m'a dit à l'époque : « Invincible est trop en avance sur son temps. Les gens commenceront à le comprendre d'ici 10 ans ». (...) Il savait qu'il était en avance sur son temps et qu'il faudrait du temps pour le comprendre. Ensuite, d'autres facteurs extérieurs ont joué contre le succès de l'album. Et Michael emmenait ses enfants la plupart du temps en studio. L'enregistrement d'Invincible n'était pas chose facile mais je pense que c'est un grand album et que les gens commencent à l'apprécier. (...) J'étais proche de Michael et j'essayais de gérer les égos et les problèmes autour de lui à cette époque. Il avait fait appel aux services de The Firm (une société de management très réputée à l'époque, NDLR) pour le manager. Il attendait un plan marketing innovant de leur part. Mais The Firm n'a rien proposé de cela. Michael voulait sans cesse innover, donner la mesure, annoncer les modes à venir. Mais il n'avait pas le soutien de son management, ni de sa maison de disques. Dans toute relation, il y a malheureusement des compromis, c'est 50/50. On peut comprendre le fait que Sony souhaite qu'il parte en tournée. Mais Michael ne voulait pas. Si Michael était parti en tournée, tout aurait été différent. Il n'y a que deux façons de faire de l'argent dans le monde de la musique : grâce aux droits d'édition et grâce aux tournées et au merchandising qui va avec. Michael a décidé de ne pas partir en tournée et du coup il n'a pas été soutenu par sa maison de disques. (...) Il était très frustré car The Firm était très présent dans l'industrie du film et il voulait se consacrer au cinéma. The Firm a convaincu Michael de les engager, mais au final ils ne lui ont jamais permis de percer dans le monde du cinéma. Je me souviens, c'était un jour où Michael rentrait d'un voyage. Il était à Norfolk et j'étais à New York pour préparer le concert des 30 ans. Il n'était pas de bonne humeur. Je ne l'ai jamais vu insulter des gens comme ça. Je l'ai vu sous bien des jours, mais là  il était fou. Il a viré ces gens, et ils l'ont bien mérité. Il avait raison. Il est la plus grande star au monde il a établi des records et a montré le chemin a pratiquement tous les artistes d'aujourd'hui. Quand tu manages un tel artiste, tu fais en sorte que la promo soit excellente. Ce n'était pas par hasard si Michael était le plus grand artiste de tous les temps. The Firm ne méritait pas de travailler avec lui.



MJJNews.fr : Des fans en France ont déjà  lu ton livre en anglais et ont été surpris par certaines histoires et certains détails : comment as-tu sélectionné les anecdotes et histoires, comme par exemple les nombreux passages où Michael et toi buvez du vin ou fumez de l'herbe : pourquoi ces choix et que souhaitais-tu montrer ainsi ?

Frank Cascio : Nous sommes en France ok ? Ma famille est italienne, nous sommes européens. Ce que je préfère par-dessus tout dans ce monde, c'est cuisiner, ouvrir une bouteille de vin, manger du fromage, des olives et avoir une bonne conversation. Pourquoi est-ce que ce serait mal de faire cela avec Michael ? Est ce que c'est illégal pour Michael de faire ça alors qu'on le fait en France, en Italie et à travers le monde ? Dans mon livre je voulais montrer le Michael que je connaissais et que j'aime. Il était humain, tout simplement, croyez-le ou non. On ne buvait pas à en être complètement saouls. Vous buvez surement aussi, et vous gérez bien ça ; c'est la même chose. Au sujet de la marijuana, je suis désolé de vous dire que Michael et moi avons fumé de l'herbe peut être deux fois. J'en suis vraiment désolé, mais je vais vous dire une chose : en Californie, la marijuana n n'est pas illégale et des médecins la prescrivent à certains patients. Ca c'est produit à l'époque où Michael était en Floride avec Barry Gibb pour travailler sur des chansons. Une de mes chansons préférées est How Deep Is Your Love des Bee Gees. Et Barry a dit à Michael qu'il avait écrit tous ses plus grands tubes en fumant. Michael, curieux comme il était, a essayé avec moi. Pourquoi je raconte cela dans le livre ? Parce que je voulais montrer que Michael était humain. Je voulais partager et montrer les bons et mauvais moments, je voulais être honnête. Je voulais montrer le Michael que je connais, le bon comme le mauvais. Les gens veulent croire que Michael était parfait. Mais c'était mon ami et il était humain. C'était mon but de le montrer ainsi : humain ; et je pense qu'il en serait fier. Je voulais effacer toutes ces histoires et mettre un pont final à toutes les rumeurs. Il n'était pas pédophile et tout le reste... et je sais que sa mère était heureuse de lire mon livre et de constater que j'ai pu rétablir cette vérité : Michael n'était pas pédophile.



MJJNews.fr : Le CD Michael : Quelle a été ton implication dans ces titres ? Que peux-tu dire aux gens qui reconnaissent bien plus la voix de « James Porte » que celle de Michael dans les leads des chansons ?

Frank Cascio : Ok, mon nom est Frank Cascio et j'ai un frère qui s'appelle Eddie Cascio et.... « We are two different people » (en référence à la phrase prononcée par Michael aux côtés de Janet lors des Grammy Awards 1993, NDLR). Je n'ai rien à voir avec ce disque. Je n'ai aucune motivation financière et n'ai rien à voir avec ça. Je sais que demain (l'interview a eu lieu le 05 juin 2012, NDLR) je vais rencontrer des fans qui veulent me jeter des tomates, mais je n'ai pas à défendre quelque chose que je n'ai pas à défendre, mais ce que je peux vous dire que c'est que c'est bien Michael qui chante sur ce disque. Et si vous lisez les crédits, vous verrez que le studio d'enregistrement est le même que celui utilisé pour les remixes de Thriller 25. Tout cela est dommage car l'album aurait pu avoir du succès. Mais à cause de ces histoires, ce ne fut pas le cas. Je vous demanderai juste de lire entre les lignes. (...) Est-ce que vous pensez que Sony et l'Estate prendraient le risque de sortir un disque sans la voix de Michael dessus? Ils ont engagé deux experts pour étudier les chansons et tous les deux ont confirmé que c'était bien lui. Les chansons ont été enregistrées quand Michael s'est remis à travailler. La seule chose dont je suis coupable c'est d'avoir convaincu Michael de retourner en studio pour créer de la musique et se remettre à danser. Je l'ai remotivé et lui ai montré qu'il pouvait être lui-même et se détendre. C'était un long « process ». Mon frère devait aller à Londres et construire un studio pour travailler avec Michael là  bas (pendant This Is It, NDLR). Voilà  ce que je peux vous dire... « C'est la vie » (en français, NDLR).



MJJNews.fr : A titre personnel que penses-tu des trois chansons qui ont créé polémique ?

Frank Cascio : J'aime Keep Your Head Up et c'est une des meilleures chansons de l'album. Je fais de mon mieux pour vous répondre mais ce serait à mon frère Eddie de le faire.



MJJNews.fr : Quelle a été l'implication de John McClain dans la préparation de ce CD ?
Frank Cascio : J'aime beaucoup John Branca et Michael a bien fait de le placer dans son Estate car il gère bien les choses. John et Michael ont peut être eu leurs différends au cours des années. Mais tous les deux ont écrit l'histoire, ils ont acheté le catalogue des Beatles ensemble. Dès qu'un dossier compliqué faisait surface, Michael appelait John pour prendre les choses en main. Quant à John McClain, je me rappelle d'une anecdote : un jour il est venu me voir sur le tournage de You Rock My World en me disant : « Frank, il faut noircir la peau de Michael et lui mettre de la pâte à modeler sur le nez... » Et je lui ai dit : « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, si tu veux lui dire, vas y, moi je ne lui dis pas. Et je te suggère de ne pas le faire ». Tu parles... Et je reçois un appel de Karen Faye me demandant de venir en urgence. Michael s était enfermé dans sa loge et il avait tout cassé après que John McClain ait fini par lui dire ce qu'il voulait lui dire. Je frappais à la porte plusieurs fois et au final Michael a ouvert. Il était assis par terre, ses mains sur le visage, pleurant comme un bébé. Et je me sentais si mal pour lui. Il a dit : « Quelle équipe de dingue. Est-ce que je suis bizarre à tes yeux ? Je ne leur dit pas comment ils doivent être, moi... Qu'ils aillent se faire foutre, j'annule le tournage aujourd'hui et j'annule tout ». Il pleurait. Je n'arrivais pas à y croire. Comment les gens pouvaient se permettre de lui dire ce genre de choses. Si John connaissait vraiment Michael il n'aurait jamais fait cela. (...) John a joué double jeu. On ne s'est jamais bien entendu, je le respecte pour la place qu'il occupe au sein de l'Estate. Mais je suis conscient de cette animosité envers moi à cause de mon nom de famille. Il a joué double jeu. Il ne supportait pas me voir dans l'entourage de Michael, il a pris mon nom et l'a retourné contre mon frère. Eddie devait avoir 6 chansons sur l'album, et John voulait en placer aussi. Encore une fois, lisez entre les lignes et ceci n'est que mon opinion...



MJJNews.fr : Au final, cette histoire a introduit la controverse dans la musique de Michael, ce qui n'était pas le cas de son vivant. Qu'en penses-tu ?

Frank Cascio : Ca n'aurait pas du se passer comme ça. C'est triste car c'est un bon album, une compilation de bonne musique. J'ai appris une chose dans la vie, c'est qu'il est difficile de rendre tout le monde heureux. J'essaie de rendre tout le monde heureux mais c'est impossible. Et au final c'est moi qui souffre. Je sais à quel point Michael aimait ses fans. Tout ce que je sais c'est que mon livre permet de préserver l'héritage de Michael comme Michael l'aurait aimé. Il a tellement tenté d'expliquer qui il était, mais il ne savait pas comment faire. Il disait qu'il voulait faire comprendre au monde qui il était. Et il y a eu cette histoire avec Martin Bashir.... Mais il a essayé. Et on l'a poignardé dans le dos.



Propos recueillis par Richard Lecocq pour MJJNews.fr / MJ data bank / Photo: Cristiane Montenegro / Saykou Diallo / © 2012 MJJNews.fr. Tous droits réservés.

#77 RockYourWorld

RockYourWorld

    Obli♦ion

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 18 565 messages
  • Lieu : Temple of my GOD

Posté 09 juin 2012 - 12:41

Merci pour l'interview angele



MJJNews.fr : Le CD Michael : Quelle a été ton implication dans ces titres ? Que peux-tu dire aux gens qui reconnaissent bien plus la voix de « James Porte » que celle de Michael dans les leads des chansons ?

Frank Cascio : Ok, mon nom est Frank Cascio et j'ai un frère qui s'appelle Eddie Cascio et.... « We are two different people » (en référence à la phrase prononcée par Michael aux côtés de Janet lors des Grammy Awards 1993, NDLR). Je n'ai rien à voir avec ce disque. Je n'ai aucune motivation financière et n'ai rien à voir avec ça. Je sais que demain (l'interview a eu lieu le 05 juin 2012, NDLR) je vais rencontrer des fans qui veulent me jeter des tomates, mais je n'ai pas à défendre quelque chose que je n'ai pas à défendre, mais ce que je peux vous dire que c'est que c'est bien Michael qui chante sur ce disque. Et si vous lisez les crédits, vous verrez que le studio d'enregistrement est le même que celui utilisé pour les remixes de Thriller 25. Tout cela est dommage car l'album aurait pu avoir du succès. Mais à cause de ces histoires, ce ne fut pas le cas. Je vous demanderai juste de lire entre les lignes. (...) Est-ce que vous pensez que Sony et l'Estate prendraient le risque de sortir un disque sans la voix de Michael dessus? Ils ont engagé deux experts pour étudier les chansons et tous les deux ont confirmé que c'était bien lui. Les chansons ont été enregistrées quand Michael s'est remis à travailler. La seule chose dont je suis coupable c'est d'avoir convaincu Michael de retourner en studio pour créer de la musique et se remettre à danser. Je l'ai remotivé et lui ai montré qu'il pouvait être lui-même et se détendre. C'était un long « process ». Mon frère devait aller à Londres et construire un studio pour travailler avec Michael là  bas (pendant This Is It, NDLR). Voilà  ce que je peux vous dire... « C'est la vie » (en français, NDLR).



MJJNews.fr : A titre personnel que penses-tu des trois chansons qui ont créé polémique ?

Frank Cascio : J'aime Keep Your Head Up et c'est une des meilleures chansons de l'album. Je fais de mon mieux pour vous répondre mais ce serait à mon frère Eddie de le faire.





Perso quand je lis tout ça, ça confirme pour moi que les Cascio ne sont pas crédibles.

Si il était honnête, qu'il dise que lui n'est pas imputé à l'album et que c'est son frère c'est une chose.

Mais aller déclaré que c'est bien Michael qui y chante dans les chansons douteuses, et plus encore dans "Keep your head up" c'est un sérieux foutage de gueule.

Qu'il aurait mentionné "Breaking News" j'aurai été plus mesuré, car celle-ci comprend quelques rares passages ( montés ) ou il s'agit parfois de la voix de Michael mêlé à ce fameux James Porte ( voir Malachi ), du coup on pourrait se dire qu'il joue sur les mots.

Cependant citer "Keep your head up", ou la ressemblance avec Malachi est plus que frappante, c'est vraiment un désaveu. Pour quelqu'un qui a côtoyer Michael 25 ans de sa vie ( et qui a probablement assisté a des sessions studio ), je me dis soit il se fout clairement de notre gueule, soit il connait mais alors vraiment pas l'organe vocale de Michael.

Non franchement, je me doute bien qu'ils reconnaîtront jamais l'arnaque ( c'est tous le monde que ça met dans la merde, Sony, l'Estate, eux, et d'autres gens du staff comme Riley et j'en passe ), mais ils ne sont plus crédible du tout. Et du coup maintenant même son livre me semble inopportun, parce que j'ai du mal à me dire que son livre pourrait être entièrement authentique ( ou l'ensemble de sa démarche ), si déjà  ils auraient été capable de nous flouer sur la chose essentielle que Michael faisait pour les fans, sa musique et son art.

#78 rainbow

rainbow

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 103 messages
  • Lieu : Turks et Caicos

Posté 09 juin 2012 - 16:07

C'est difficile pour lui de désavouer son frère.
Pour moi, ces 3 titres sont de l'arnaque, tout simplement.Si on compare , l'album Invincible, le titre "All in your Name" et "This is It", la voix de Michael n'a pas changé, elle reste comparable et on reconnait immédiatement le timbre et les intonnations.Ce qui n'est pas le cas sur ces titres.
Qu'il explique, aussi, pourquoi un Malachi ou un Porte (des imitateurs de surcroît) est présent sur cet album. Michael Jackson n'avait pas besoin d'un faire valoir, encore moins d' illustres inconnus...Durant sa carrière on trouve quelques duos mais avec de chanteurs renommés comme Stevie Wonder, Freddy Mercury, en devenir (Akon) ou des participations dans les choeurs pour des amis. Je ne vois pas pourquoi,il aurait travaillé avec de pâles imitateurs sur un futur album.

#79 Petillantes

Petillantes

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 164 messages
  • Lieu : Neverland

Posté 10 juin 2012 - 00:00

Merci beaucoup pour l'interview angele :)

Image IPB


#80 angele003

angele003

    C'est par la musique qu'a commencé l'indiscipline

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 9 087 messages

Posté 10 juin 2012 - 21:06

Dans l'intimité de Michael Jackson





Michael Jackson n'est plus là . Pourtant, il n'est jamais bien loin pour Frank Cascio, son ami, assistant, manager pendant près de vingt-cinq ans. Ce jeune homme de 31 ans a vécu dès l'enfance dans l'intimité du King of Pop, disparu il y a trois ans le 25 juin 2009, comme il le raconte dans un livre étonnant, « Mon ami Michael », qui sort aujourd'hui.
On y découvre la star comme jamais : attachante, désarmante, mais aussi perdue, paranoïaque, souffrante. Extraits.


Un ami de la famille

Frank Cascio n'a que 5 ans lorsqu'il rencontre Michael Jackson, en 1985, grâce à son père, employé d'un palace new-yorkais où descend régulièrement le chanteur. « Michael et moi avons commencé à parler dessin animé. Je lui ai dit que j'aimais bien Popeye et j'eus l'honneur de lui faire découvrir les Crados, dont mon frère et moi collectionnions les vignettes. » Jackson se prend d'affection pour cette famille, à qui il rend visite dès que possible pour, « l'espace d'un instant, vivre l'existence ordinaire d'une famille ordinaire [...]. Quand Michael était là , l'une de ses activités favorites était d'aider ma mère à faire le ménage. Il adorait passer l'aspirateur ». Par la suite, les Cascio vont régulièrement dans l'immense propriété de la star, Neverland, avec son zoo, son parc d'attractions. A 13 ans, Frank et son frère Eddie suivent la tournée mondiale de leur ami star en prenant des cours par correspondance et sont de tous ses déplacements. « J'adorais observer les fans, cette mer humaine qui hurlait, pleurait, se pâmait, rivée au moindre geste de son idole. Assis à côté, je me disais : Ce demi-Dieu qu'ils vénèrent est aussi celui qui m'aide à faire mes devoirs. » Frank Cascio va passer au fil du temps d'ami intime à collaborateur indispensable qui sera dans les petits secrets de la star : la naissance de ses enfants, son mariage arrangé avec la fille d'Elvis Presley ou ses flirts avec les groupies.


Accusations de pédophilie

Frank Cascio dit tout sur les soupçons qui ont longtemps pesé sur Michael Jackson. Et pour cause. Il était avec la star en 2003 dans sa chambre de Neverland, où elle aurait abusé du jeune Gavin Arvizo. Ce soir-là , l'adolescent et son frère insistent pour dormir dans la chambre de Michael Jackson. Il refuse. Ils insistent et leur maman, présente dans la propriété, est d'accord. Le chanteur finit par accepter mais demande à Frank : « Tu restes avec moi dans la chambre. Je n'ai pas confiance en la mère. Elle est givrée. » C'est elle qui lancera les accusations qui se dégonfleront devant la justice. Cascio livre ici tous les détails de la soirée incriminée. « Michael venait d'offrir à Gavin un ordinateur portable. Et nous découvrîmes ce freluquet de 13 ans en train de regarder un site porno. Un peu plus tard, Michael revint et mit un dessin animé. Ce soir-là , les deux frères prirent le lit et Michael et moi couchâmes par terre à côté d'eux. » La justice donnera gain de cause à Jackson et à son collaborateur.


L'addiction aux médicaments

Frank est adolescent quand il voit son ami enchaîner les concerts dans la douleur. En 1993, Jackson, gavé d'anesthésiants, n'en peut plus. « Un médecin était toujours là  avant qu'il n'aille se coucher pour lui administrer ce qu'il appelait son médicament. J'étais jeune. Tout ce que je savais, c'est qu'il l'aidait à trouver le sommeil. » La fin de la tournée « Dangerous » est même annulée pour que l'artiste « entre en cure ». Plus tard, Cascio lutte pour éloigner les médecins de son ami chanteur, mais décrit des scènes surréalistes, notamment lors du concert anniversaire de ses trente ans de carrière en 2001. Il se rend dans sa suite, fermée, défonce la porte. « Je découvris Michael au lit, endormi [...] Tout en le secouant pour le réveiller, je l'interrogeai : Le médecin est venu, c'est ça? D'une voix traînante, il répondit : Ouais Frank, j'avais tellement mal. J'en pouvais plus. Je mourrai un trou dans la peau », répétait le chanteur. « A chaque fois, je pensais à une balle, écrit son assistant. Mais, au bout du compte, c'est une aiguille qui a eu raison de lui. »




Pourquoi avoir écrit ce livre?
FRANCK CASCIO. Pour moi, c'était un devoir de raconter l'être humain Michael Jackson. J'étais le seul à pouvoir le faire. C'était quelqu'un de la famille, Michael, pas le King of Pop.
Dès que je faisais une bêtise, il me grondait. Quand je manquais de respect à ma mère, il me disait : « Va t'excuser tout de suite. » Il m'a beaucoup appris. Tout cela était très normal, même si je prenais des jets privés, que je faisais fermer Euro Disney pour visiter le parc, et que je voyais des kilomètres de fans agglutinés entre l'aéroport et son hôtel.


Cela paraît incroyable que vos parents vous aient laissé si jeune avec lui...
Mais ils avaient totalement confiance, même après la première affaire qui l'accusait de pédophilie en 1993. Je me souviens avoir vu ma mère pleurer à la maison et me dire : « Michael a de gros ennuis, on l'accuse d'avoir abusé d'un enfant, Jordy Chandler, tu le connais? » Bien sûr que je le connaissais. Elle m'a demandé : « Michael a-t-il eu des gestes déplacés envers toi? » Bien sûr que non. On l'a assuré de notre soutien à 100%.


Pourquoi ce lien avec les enfants?
Pour moi, il était sans âge. Il cherchait l'innocence qu'il n'avait pas eue. A 5 ans, alors que tous les gamins profitent de leurs jouets, lui travaillait déjà , répétait, chantait, dansait. C'est pour cela que son corps était fatigué et qu'il prenait des médicaments. On a dit que c'était un drogué. Ce n'est pas vrai. Il se donnait à 1000% sur scène. Alors oui, il prenait des médicaments pour dormir, mais il a été aussi victime des médecins.


Comme le dernier?
Le docteur Murray est un égoïste qui a tué Michael Jackson. Il se vantait partout d'être son médecin. Sauf que l'anesthésiant qu'il lui a prescrit nécessitait des compétences qu'il n'avait pas. Mais il a voulu faire le malin pour ne pas perdre la face.


Quel est votre meilleur souvenir avec Michael?
Les moments où nous ouvrions une bouteille de vin, écoutions de la musique et discutions pendant des heures de tout et de rien.


Et le plus mauvais?
L'affaire Gavin Arvizo et le procès où certains ont affirmé à Michael que je ne voulais pas témoigner en sa faveur. Ce qui était archifaux! Mais il les a crus. Il était en pleine paranoïa. Or je savais que ce n'était pas un pédophile. Il n'a jamais invité un gamin à dormir dans son lit!


Vous parlez peu de la chirurgie esthétique dans votre livre...
Parce que je n'ai jamais trouvé cela étrange de sa part. Cela remontait à l'enfance, avec ses problèmes de nez. Ses frères et sœurs se moquaient de lui, l'appelaient Gros Blaire. Quand il a eu l'opportunité de le modifier, il l'a fait.


Dans l'album posthume sorti en 2010, l'authenticité de trois chansons inédites, provenant de vous et de votre frère producteur, a été contestée.
Mais je peux vous assurer que c'est bien lui qui chante dessus. Il les avait enregistrées au moment du 25e anniversaire de l'album « Thriller ».


Quelle est la dernière chose que vous a dite Michael Jackson?
« On se voit à Londres. » Il était enthousiasmé par son retour sur scène, en Angleterre, en juillet 2009. Moi, je l'avais trouvé très maigre. Mais ce ne sont pas les producteurs et les répétitions qui l'ont tué. C'est bien le docteur Murray par sa négligence.



Source : Le Parisien / mjackson.fr




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Site fondé par Rémy Bigot.