Aller au contenu


Photo

Theresa Gonsalves : "remember The Time"


  • Veuillez vous connecter pour répondre
12 réponses à ce sujet

#1 helenya

helenya

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 56 messages

Posté 08 octobre 2017 - 22:50

Je suis "tombée" cet été sur un livre sorti en novembre 2009 : "Remember The time" de Theresa Gonsalves.

C’est une fan ayant rencontré Michael en 1977 à New York lorsqu’il partageait son appartement avec sa sœur Latoya, et a décidé en novembre 2009 de raconter son histoire dans un livre. 

Elle a déjà été présente dans de nombreux reportages et livres sur MJ et considérée comme une simple fan par certains, une groupie par d’autres, une petite-amie parfois.

Elle a déjà été interviewée de nombreuses fois dans Star Magazine. Elle serait la fameuse Billie Jean. 

Elle a donné une inteview en 2012 concernant ce livre et d'autres livres qu'elle a écrit (elle est devenue auteur) :  : https://mjjjl.wordpr...resa-gonsalves/

 

Elle voulait raconter sa propre version sans que ce soit déformé par un journaliste, ceci en une série de lettres adressées à Michael dans l’au-delà. J’ai trouvé ce livre très touchant. Il est dédicacé à Michael et Katherine et a été lu par quasi tous les membres de sa famille.

 

Je l’ai traduit (Seulement la 2ème version….car il y a en a eu une 1ère quasi-identique mais à la demande de Katherine, quelques passages ont été atténués…et on comprends pourquoi^^)

(Si vous êtes intéressés par la trad complète, envoyez-moi un MP :) )

 

Voici le lien vers le blog de Theresa : (à la fin, les passages de la 1ère version) : http://mjandtheresag...es.blogspot.fr/

 

Voici quelques extraits : 

1er extrait :  Cher Michael,

 

            On était si jeune…lol, et si je dis, "et innocents" je vais commencer à chanter la chanson (sourire).

            Ce fut une surprise pour ta sœur Latoya, à chaque fois que tu m’invitais dans ton appartement. D’abord je n’ai pas compris son hésitation lors qu’elle me répondait aussi souvent après Las Vegas. J’avais amené mon amie Lorraine une fois.

            J’ai trouvé ça mignon que tu m’aies fait quelques cookies et ouvert la porte, souriant et portant l’assiette de cookies dans ta main. "J’ai fait quelques cookies ! Goût chocolat !", as-tu dit en souriant. Tu étais si fier de les avoir faits tout seul. On avait presque vingt ans. Tu n’avais jamais fait de cookies avant ?

            Quand je t’ai regardé, on est parti à rire car ça a ramené des souvenirs de quand tu étais gamin et que tu disais "Je t’ai donné mes cookies" avant de chanter Who’s loving You ! Ce fut le début d’une soirée d’hilarité.

            À partir de ce moment, presque tout était drôle ce soir-là, à l’exception d’une conversation sur les abus d’enfants. Ouais, Tu m’as fait des cookies et je t’ai apporté un livre. "Somewhere a Child is Crying".

            Les gens ne comprennent pas vraiment que même quand on est jeune, on a ce désir de sauver les enfants du monde. On a parlé pendant des heures d’abus d’enfants et raconté des histoires horribles sur ce qu’on avait lu ou entendu, sur des enfants brûlés par leurs parents, ou d’autres abusés de manière choquante.

            Pendant qu’on parlait de cela, le gardien nous a bipés et dit qu’il avait deux fans pour te rencontrer et qui sont venues tous les jours. Ta frustration était visible quand tu m’as dit : "Ces filles mes suivent partout où je vais. J’ai demandé si je pouvais venir avec toi sur le tournage de The Wiz, ils m’ont dit non, mais je me retourne et le je les vois elles là bas. Diana Ross leur a hurlé dessus. Elle leur a dit…Laissez-le tranquille ! Vous ne voyez pas qu’il est occupé ?" Tu rigolais en imitant la voix la Diana Ross, mais ton agacement était visible.

            J’ai donc proposé… "Laisse-les venir Michael. Peut-être qu’après t’avoir rencontré ce ne sera pas si dur…. ". Ce n’était pas ton genre mais tu avais décidé de me faire plaisir.

            Tu te souviens de ce qu’il s’est passé ? Nos débilités ont pris le dessus quand elles sont entrées dans la pièce. On est revenus à nos conversations sur les abus d’enfants et lorsqu’une des filles a commencé à raconter cette histoire incroyable qu’elle avait l’air d’avoir inventée, tu t’es assis là à faire des grimaces. Elles ne pouvaient pas te voir. On a carrément éclaté de rire au milieu de son histoire et elle s’est arrêtée énervée : "Je ne sais pas pourquoi tous les deux vous trouvez ça si drôle…. ". On n’était pas sympas Michael, et durs, mais on ne pouvait pas s’empêcher ce jour là ! Ou peut être c’était les nerfs ?

            Tu as proposé qu’on prenne des photos. Et tu as continué encore avec tes crétineries et seulement toi et moi prenions les photos lorsque l'une des filles a dit : "Vous vous croyez où tous les deux ? Photoland ou quoi ? "….ce qui a renforcé notre hystérie. On s’est regardés l’un et l’autre et on a encore éclaté de rire ! On ne pouvait plus s’arrêter.

            Quand je commence à être triste que tu sois parti, je vais sur YouTube et regarde la vidéo de toi faisant une interview au Japon quand tu ne peux plus t’arrêter de rire. Cela m’envahit de souvenirs de ce jour-là et emporte la douleur de ta mort. Les rires, ça aide vraiment à guérir.

Ouah…..T’es vraiment parti.

 

2ème extrait :  Cher Michael,

 

            Après ma première visite à New York, on a passé des heures au téléphone tard le soir pendant quelques jours et ensuite tu m’as invitée de nouveau. C’était en Novembre ou en Décembre. Je savais qu’il faisait froid. Le premier jour de mon arrivée, je t’ai à peine vu car tu travaillais tellement sur le tournage de The Wiz.

            La seconde matinée après que tu sois parti travailler, Latoya a gentiment cédé et m’a laissée rester à l’appartement avec elle. Elle était énervée que tu n’écoutes rien de ses consignes. Tu la contrariais vraiment comme tout frère normal le ferait. Tu sais, ça la faisait flipper grave quand tu t’amusais à te suspendre de ce fichu balcon. J’aurais eu peur aussi. Je suis contente que tu n’aies pas fait ça devant moi.

Alors que je passais la journée avec Latoya, j’ai pu comprendre pourquoi elle était si déçue que tu m‘aie invitée. Elle était en train d’aider Stéphanie Mills à se caser avec toi. Je ne crois pas que Latoya savait que j’écoutais ton tête-à-tête avec Stephanie quand elle a dit à Stephanie de t’acheter un livre.

            Apparemment, Stephanie voulait t’acheter un cadeau et avait demandé à Latoya ce qu’elle devait te prendre. J’ai ri intérieurement car j’avais déjà fait ça. Je savais déjà ce que tu aimais. Je n’avais pas eu besoin d’avoir cette information de ta sœur !

            J’avais aussi entendu Latoya dire à Jermaine qu’elle ne voulait pas sortir avec Bobby DeBarge. Elle m’a en fait dit après avoir raccroché, que Jermaine voulait qu’elle flirte avec Bobby et qu’elle me le disait uniquement parce que j’étais assise là et que j’avais entendu la conversation. J’étais si curieuse.

            Elle disait que Jermaine avait fondé le groupe Switch, que Bobby en faisait partie et qu’il voulait qu’elle soit sympa avec lui. Hum, Je pouvais interpréter ça de plein de façons différentes. Mais je regarde toujours les choses innocemment. Elle m’a demandé de le dire à personne. J’étais obligée…enfin jusqu’à maintenant, car voilà que je te le dis. Donc ne lui dis pas que je te l’ai dit d’accord (sourire) ?

 

3ème extrait :  Cher Michael,

 

Et bien, ce qui se s’est passé ce jeudi est une série d’événements qui sans raison. Ton père était le problème. C’est drôle ou peut être devrais-je dire triste, lorsque tu regardes ça avec le recul et réalises que ce fut le moment fatal pour nous.

            Quand je suis arrivée au portail ce jeudi soir, après un long trajet en bus de Long Beach à Encino, je fus assez ennuyée que personne ne vienne répondre et il n’y avait aucune lumière dans la maison.

J’ai attendu bêtement pendant plus d’une heure, mais surtout parce que les bus avaient cessé leur tournée et je ne savais pas comment j’allais rentrer à long Beach.

J’’étais au bord de l’impatience quand soudain, une limousine est arrivée et Randy est sorti. Il a attrapé mon bras et a dit : "Viens, monte. Michael a dit de te donner de l’argent si tu étais encore là pour redescendre la rue au Travel Lodge le revenir le matin. Il est désolé. Joseph l’a forcé à faire ça car il n’avait pas envie." Il m’a donné du liquide dans la main.

            C’était si précipité, alors que, Randy et Janet sortaient de la voiture et couraient vers la maison. Je suis montée dans la voiture et fus conduite au Travel Lodge.

            Alors que je dormais au Travel Lodge ce soir là, je me demandais curieusement, pourquoi tu voulais alors que je reste en Californie.

            Qui aurait pu penser que tout cela se passait pendant que tu travaillais sur un de tes meilleurs travaux en termes de vente !

Ouah…bon quand je suis revenue le lendemain matin, hmm, à onze heures environ, Joseph était dans l’allée à laver sa voiture ! Pas sûre qu’il m’ait vue, mais j’ai sonné quand même. Pas de réponse, donc j’ai sonné encore bien sûr et commençais à m’agiter. Tu étais celui qui m’avait dit vouloir me parler plutôt que de partir ! Tu m’avais dit de revenir le matin !

Ta maman est rentrée dans l’allée avec sa Mercedes Benz marron (Ont-ils utilisé la vraie dans le film American Dream, car elle semblait identique ?) et elle a dit : "Michael voulait que je te dise qu’il était désolé. Il essaiera d’être là dans tout à l’heure."

"D’accord mais je crois que Michael a besoin de s’excuser lui-même". J’étais catégorique sur le fait que tu doives faire ça.

            "Je suis d’accord" a-t-elle dit puis est repartie.

            Après quelques minutes, j’ai sonné encore.

            Joseph ouvrit finalement le portail et me demanda de venir le long de l’allée qui menait jusqu’à la maison. Cela, seulement après que quelqu’un dans la maison, peut être toi, lui ait parlé de moi. Il ne m’a pas laissée aller plus loin que sa voiture. Au lieu de cela, il m’a dit que tu ne pouvais pas me voir. Et bien, pour certaines raisons, il ne m’a pas fait peur. Ce n’était pas mon satané père. Oh, il avait l’air assez intimidant et curieux après tout le temps que j’avais passé avec toi par le passé, je ne lavais jamais rencontré avant. Toi et moi étions adultes. Ou du moins je le pensais.

            Et après tout Michael, nous avions fait l’amour ensemble, donc peu importe ce que quiconque disait, cela me m’importait pas à moins que cela vienne de toi.

            Quand il a dit que tu ne pouvais pas me voir, j’ai répondu possessivement : "Et bien, vous dites à Michael de me dire qu’il ne me verra pas. C’est un homme maintenant. Pourquoi ne le laissez-vous pas tranquille et laissez Michael être Michael ?"

            Uhhh….Cela l'a certainement provoqué ! Souviens-toi, et je dis souviens toi car toi et Latoya regardaient la scène à travers les caméras de sécurité…il m’a attrapée par le bras et a hurlé : "Juste parce que tu passes un peu de temps avec lui à New York et juste parce qu’il t’a sortie pour dîner et aller voir des films de temps en temps ne signifie pas que tu es sa petite amie !" Je lui ai crié dessus en retour, essayant de me libérer de son emprise.

            Et ensuite ton méchant satané père m’a empoignée et poussée dehors. Oui, j’ai su qu’il était définitivement temps pour moi de partir.

            Je n’ai pas pleuré, mais je voulais. Je te défendais. J’étais vraiment en colère contre toi à ce moment là. Pourquoi n’es-tu pas venu pour me défendre ? Je pensais que tu t’étais libéré de ses griffes. J’imagine que tu avais vraiment peur de Joseph. Tu commençais à te libérer de ses griffes mais tu n’avais pas encore tout à fait terminé.

            J’ai marché lentement à travers Ventura et quand je suis arrivée au coin de Hayvenhurst, j’ai tourné et t’ai vu toi et Latoya me passer devant avec sa Mercedes Benz convertible jaune. Elle avait le toit ouvert. Alors que j’ai vu, tu ne m’as pas vue. Je savais que tu me cherchais. 

4ème extrait :  Cher Michael,

 

Réalise-tu combien on a roulé dans cette sacré voiture ? (Je ris là  car je déteste réellement monter avec toi quand tu conduis).

            J’étais vulnérable, mais tu étais encore là et tu conduisais toujours dans Encino le soir. Je venais juste d’avoir une voiture toute neuve et conduisais aussi. Je me sentais seule. Où nous-sommes nous rencontrés à ce moment là ? Ah oui, Genesta Park.

            Le destin, encore une fois, intervenait pour nous. Il était vraiment tard et quand je suis sortie dans le parc – tu y étais assis. Je ne te cherchais pas vraiment. Ou peut être inconsciemment. On ne s’était pas rencontrés dans le parc depuis très très longtemps. Je voulais juste aller là bas et réfléchir.

            Tu étais surpris de me voir là bas. On a discuté quelques minutes et ensuite on a continué là où on s’était arrêtés et tu m’as demandé si je voulais faire un tour. C’était notre habitude, même si ça faisait longtemps.

"Bien sûr." Vraiment maintenant, que pouvais-je dire d’autre Michael ? Tu as encore pris les petites routes, mais cette fois en haut de Mulholland. Ouais ! Tu conduisais toujours de manière sporadique, comme un fou. Après ça, j’ai juré de plus jamais monter en voiture avec toi, particulièrement après que tu aies enlevé tes mains de ce maudit volant et dit : "Parfois j’aimerais être Peter Pan et pouvoir voler… "….euh, Michael, tu as fais ça sur Mulholand Drive….les routes sinueuses, les intempéries…euh.

"Hé, pas avec moi dans cette voiture, ne fais pas ça. Mets tes mains sur le volant !" ai-je hurlé. Essayais-tu de me terroriser Michael ?

            "Je m’amusais, tu n’étais en aucun cas en danger… " essayais-tu de me rassurer en rigolant.

            J’avais été sur une moto auparavant avec quelqu’un conduisant comme un maniaque sur ces routes. J’avais très peur de Mulholland Drive.

            Je ne sais pas ce qui est arrivé à 198VZG (c’est comme ça que nous appelions, ta Roll Royce Silver Shadow marron et noire – d‘après sa plaque d’immatriculation), mais tu conduisais une Landrover noire ou quelque chose comme à ce soir là. Au moins je peux repenser à ce moment et en rire maintenant…je ne riais pas alors monsieur.

            Tu as tourné à un endroit découvert et isolé. Mulholland est connu pour ces coins. Du moins ça avait été le cas, je n’y avais pas été depuis des années.

            J’aime toujours aller là bas et juste réfléchir… " m’as-tu dit alors que tu t’allongeais sur le dossier et j'ai fait de même. On était assis en silence pendant quelques minutes. J’ai fermé les yeux mais je pouvais voir que tu me regardais.

            Je sais qu’à cette époque, j’avais développé mon côté sexy. J’étais trop fine à mon goût, car je pouvais voir les os à travers ma poitrine….parfait pour le monde, mais je n’aimais pas ça. J’essayais d’impressionner ce gars dont j’ai mentionné plus tôt et essayais de le récupérer.

"Où es ton fils ?" me demanda-tu.

"Il est avec son père" t’ai-je informé, "il ne chante plus cette chanson…cet enfant est son fichu fils !" ai-je remarqué sarcastiquement.

Tu as ri. Nous avons parlé des choses arrivées dans nos vies. Ou plutôt, tu étais plus intéressé par ce qui se passait dans la mienne. Je t’ai parlé de Vincent, mon obsession. Tu m’as dit que je ne devrais pas être avec lui et ne plus le laisser me blesser et d’arrêter de faire les choses folles que je faisais. Tu as trouvé, néanmoins, l’histoire entre moi et Vincent assez amusante.

            As-tu remarqué que j’étais à peine habillée ? Une mignonne petite robe d’été, pas de soutien gorge, des faux-cheveux, mais ça semblait assez vrai. Oh combien différente de notre première rencontre…tu étais beau, toujours mince. Tu avais commencé à changer et c’était évident que tu avais fait refaire des choses mais j’aimais bien à ce moment là. Ta peau n’avait pas beaucoup changé, juste un peu plus claire. Je me souviens qu’à un moment nous avions presque la même nuance de brun. Tu avais un pantalon rouge et un T-shirt blanc.

            Devrais-je parler de ça avec toi au paradis ? Et bien, nous sommes tous nés imparfaits, et nous avons péché plusieurs fois le long de nos routes.

 

           [...]

 

            J’ai senti le besoin de te serrer, pas sûre de ce que tu pensais, mais je l’ai fait, j’ai posé ma tête sur ton torse pendant quelques minutes.

Quand je fus sur le point de bouger, tu m’as tenue fermement et m’a embrassée, me prenant complètement au dépourvu. Après tout ce temps passé ensemble, depuis cette première fois, y-avait-il eu vraiment de l’intimité entre nous autre que des baiser volés ici et là. Là, j’étais rapide à répondre.

            Cette fois nos baisers vinrent avec urgence, comme si nous essayions de récupérer les moments innocents passés ensemble. Chacun de nous deux semblait avoir la forte envie de simplement être touché. On était plus si gamins cette fois-ci alors que nos baisers tournèrent vers un incontrôlable désir. J'ai courageusement défait ton pantalon te laissant l’enlever. Tu ne semblais plus si innocent désormais et j’avais définitivement appris à être la mauvaise fille que j’avais essayé, non sans effort, de devenir. J’appellerais cela un moment d’égarement irréfléchi alors que nous tâtonnions à intérieur du véhicule, attrapés encore une fois. Nous voilà à faire l’amour comme si l’on était au lycée. Imagine le cirque des médias si une voiture de police était passée !

            Je suis restée au dessus après. Tu as passé ta main dans mes cheveux. On s’est reposés confortablement jusqu’à ce que mes jambes commencent à raidir puis on a bougé afin de nous ressaisir et de remettre nos vêtements.

Tu voulais rester là bas plus longtemps, ce que l’on a fait. Je n’étais pas pressée. Si tu ne le savais pas, j’étais juste heureuse d’être assise là avec toi. Je sais que c’était un des seuls moments où tu pouvais être simplement ‘Michael.’

            Lorsque tu m’as ramenée à ma voiture, nous avons souri tous les deux. Je me suis penchée et t’ai embrassé. Comme le gentleman que tu étais, tu as attendu que j’arrive à ma voiture et me m’a regardée partir en premier. Il n’y eu aucune promesse que je te reverrais un jour. Nous n’avons jamais refait ça. Je savais que l’on se retrouverait toujours le long du chemin, même si ce n’était que pour un sourire.

            Je n’ai jamais voulu te laisser tomber Michael.

 

 

0y0l.jpeg2cfo.jpegwydh.jpeg



#2 helenya

helenya

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 56 messages

Posté 08 octobre 2017 - 22:53

5ème extrait :  Cher Michael,

En 2003, je parlais très rarement de toi à ce moment là de ma vie, mais un après-midi, j’étais avec mes clients, un chirurgien plastique, et je discutais avec sa femme, enfin maintenant son ex-femme, et qui était aussi sa gestionnaire de bureau.

            Nous parlions d’un mémoire que j’écrivais pour mon cours de Philosophie que j’ai intitulé : "L’impact personnel de Michael Jackson dans une vie. "Je n’aurais jamais réussi l’examen si je n’avais pas écrit ce mémoire.

 

Néanmoins, je lui ai parlé un petit peu de notre histoire, la partie innocente du moins. Mais mec, qui aurait cru qu’une semaine plus tard, tu appellerais chez le docteur à 6 heures du matin pour voir s’il pouvait venir te voir en tant que patient.

            Bien sûr, je reçus un appel immédiatement après. Elle m’a demandé de venir en même temps pour que je puisse te voir. Après avoir lu mon mémoire et sachant l’impact réel que tu as eu sur ma vie, elle voulait juste que je te vois à nouveau.

"Je ne peux pas faire ça" lui ai-je dit, "je n’ai jamais été une groupie pour lui avant et je ne vais pas en être une maintenant. C’est juste trop personnel." 

"Comment cela peut-il être intrusif ? Tu travailles pour nous. Tu gères notre argent. Tu peux être là."

            Elle voulait juste honnêtement que je te vois encore. Je voulais être là et je lui ai répondu ça mais je sentais que cela allait être une telle invasion de ta vie privée. Je crois que tu en avais assez de tout ça à cette époque.

            Quand tu es allé au centre de chirurgie, tu as signé sous le pseudo Michael Jefferson. Ce n’est pas comme si tu allais là bas pour une intervention majeure, simplement des injections de collagène…et euh….Tu voulais être endormi ! Diable Michael, qui est anesthésié pour des injections de collagène ? C’est toujours le truc avec HIPA (perfusion) ? Avec toutes les autres infos que les médias avaient maintenant…je ne crois pas.

            Mais peu importe, tu sais comment aussi, quand tu dis aux gens que tu connais quelqu’un de célèbre, ils veulent voir si tu mens…et bien….ce propos ne s’applique pas à toi mais tu sais de quoi je parle !

            Bien, juste avant qu’ils ne t’endorment, l’épouse du docteur est rentrée dans la pièce et a demandé si tu savais qui j’étais. Je l’admets Michael. J’aurais été tellement blessée que tu répondes non. Je crois que c’était une sorte de validation de tout ce que l'on avait partagé. Je ne sais pas.

            Après que tu aies confirmé me connaître, le docteur en tant qu’ami, décida de te dire que j’étais diagnostiquée d’une maladie du foie en phase terminale. D’après plusieurs médecins, je ne devrais pas être en train de t’écrire en ce moment.

            Tu leur as fait passer un message : "Dites lui que je prie pour elle et je resterai en contact." Ça t’a pris un moment, mais tu as finalement appelé. Hé, sérieusement ! Quelqu’un, non, un médecin t’a dit que j’allais mourir et tu as pris ton temps pour m’appeler !

            De toute façon, je crois que je peux te le dire maintenant, on m’a dit que quand tu étais endormi, une des personnes qui travaillait là bas, sans citer son nom, a soulevé ta blouse et regardé ton truc……c’est tout ce que je dirai.

            Bon, après que tu aies été chez le médecin deux ou trois fois, tu n’as pas payé la facture. Je ris maintenant car j’étais celle qui devait rappeler. Les rumeurs abondaient constamment aux infos que tu étais ruiné et que tu ne payais pas tes factures !

            Je trouvais cela hilarant ! D’abord j’ai appelé Evie qui m’a dit qu’elle ne gérait pas ça. Evie avait travaillé avec toi durant des années au MJJ Productions.

            Donc j’ai appelé le numéro de téléphone portable que tu leur avais donné et j’ai laissé un message.

            "Michael", ai-je dit d’un ton qui, d’après mes nièces, font comprendre qu’il y a des soucis, "c’est Theresa Gonsalves. J’ai besoin que tu paies cette facture de médecin car ils me donnent vingt pourcents d’honoraire une fois payée et j’ai besoin de partir en vacances !"

            Et bien, ce fut un choc surréaliste même pour moi que ta société de gestion m’appelle le lendemain même et dise : "Michael Jackson veut que l’on s’assure que la facture dont vous parlez soit payée immédiatement. Pouvez-vous la faxer ?"

            Tu sais quoi ? Il a été envoyé dans la nuit ! Je t’aime trop pour ça. Et oui, j’ai eu les vingt pourcents ! Et oui, je les ai utilisées pour des vacances ! Tu es trop drôle. Je crois que tu as senti que c’était les affaires.

            J’ai repensé à ce que tu m’as dit quand je t’ai demandé si je pouvais faire l’interview à Star Magazine….. "Vont-ils te payer ?"

            Je suis assise là à rigoler. Merci pour les souvenirs Michael….te soufflant un baiser, des larmes dans les yeux. Je t’écrirai encore demain.



#3 Neverneverland

Neverneverland

    Bad

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 810 messages
  • Lieu : Neverland une place au soleil

Posté 09 octobre 2017 - 06:23

Randy Taraborrelli a nommé Billie Jean dans son livre, et ce n' est pas Theresa Gonsalves !?!



#4 helenya

helenya

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 56 messages

Posté 09 octobre 2017 - 21:01

Theresa Gonsalves a effectivement été citée dans le livre de Taraborrelli. Il y évoque l'extrait où Michael essaie d'embrasser Theresa mais Latoya rentre dans la chambre juste à ce moment là et on a pas la suite.... ^_^

 

Theresa a été interviewée plein de fois par des journalistes comme étant la vraie Billie Jean.....ils avaient meme évoqué le fait qu'elle était tombée enceinte de Michael....il aurait donc eu un fils caché.....ce qu'elle avait démenti. Elle était bien tombée enceinte, le père l'a quittée car n'avait pas voulu reconnaître l'enfant mais ce n’était pas Michael, car c'est arrivé bien après son séjour à New York lorsqu'elle résidait à Boston.

Par contre elle ne nie pas, et même le raconte dans son livre, qu'elle a bien couché une fois avec Michael, c'est arrivé un peu comme ça sans qu'ils y soient préparés, sans protection. Heureusement, comme elle le dit dans son livre, elle n'est pas tombée enceinte de Michael après, ce qui aurait pu arriver....gloups.....



#5 willyU

willyU

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 77 messages

Posté 09 octobre 2017 - 21:26

merci pour cette traduction bon boulot :)



#6 Neverneverland

Neverneverland

    Bad

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 810 messages
  • Lieu : Neverland une place au soleil

Posté 10 octobre 2017 - 05:34

Dans le livre de Taraborrelli, cette femme est effectivement mentionnée, mais "Billie Jean" est également mentionnée ( son vrai nom y figure ). Ce sont deux personnes différentes. "Billie Jean", c' est une autre histoire incluant envoi de photo de l' enfant, menace de mort, menace de se suicider et hôpital psychiatrique. 



#7 helenya

helenya

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 56 messages

Posté 10 octobre 2017 - 16:22

Billie Jean désigne en fait beaucoup de femmes. Sa principale inspiration a été Theresa mais il s'est inspiré aussi de groupies mythomanes qui disaient avoir un enfant de lui, être sa petite-amie....et qui venaient le harceler jusque chez lui.



#8 willyU

willyU

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 77 messages

Posté 10 octobre 2017 - 22:23

c'est dingue ... pauvre MJ être confronter à ce genre de cas ça a dût lui toucher lui qui était très sensible aux souffrances humaines ... (c'était l'un des rares d'ailleurs)



#9 Neverneverland

Neverneverland

    Bad

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 810 messages
  • Lieu : Neverland une place au soleil

Posté 11 octobre 2017 - 08:07

Non, helenya, "Billie Jean" désigne à l' origine une femme en particulier. J' avoue que je n' ai pas retenu son vrai nom, mais il  est mentionné dans le livre de Taraborrelli.  Dire que Theresa a été la "principale inspiration" du personnage de Billie Jean... je ne sais pas d' où sort cette idée. 

 

Dans tous les cas, cette histoire avec Theresa Gonsalves met un terme à l' image virginale que M J arborait partout où il passait. Même quand il a été père, il était vu comme la Vierge Marie qui a enfanté Jésus sans qu' aucun homme ne l' ait touchée. Au masculin.

 

Cette Gonsalves, il lui parle du Diable... et tout ce qu' elle trouve à faire, c' est lui sauter dessus !?!



#10 Neverneverland

Neverneverland

    Bad

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 810 messages
  • Lieu : Neverland une place au soleil

Posté 12 octobre 2017 - 08:26

Ou devrais-je écrire : "Dans tous les cas, cette histoire avec Theresa Gonsalves macule l' image virginale qui auréolait M J toute sa vie durant, pour certains. Même quand il est devenu père, il était envisagé comme la Vierge Marie qui a conçu l' enfant Jésus sans qu' aucun homme ne l' ait touchée. Au masculin."



#11 willyU

willyU

    Dancing Machine

  • Membre
  • PipPip
  • 77 messages

Posté 15 octobre 2017 - 14:36

c'est quoi cette histoire je ne comprends pas trop Oo En gros elle était satanique ?



#12 Neverneverland

Neverneverland

    Bad

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 810 messages
  • Lieu : Neverland une place au soleil

Posté 15 octobre 2017 - 16:42

Non, stop it, willyU !  :giggle:



#13 Jul59

Jul59

    Beat It

  • Médiathécaire
  • 279 messages

Posté 20 octobre 2017 - 11:40

Bonjour helenya. Merci beaucoup pour ces extraits que tu as postés ici. Ça m'a beaucoup plus de les lire car c'est très intéressant.
Aurais-tu la gentillesse de m'envoyer la traduction complète ?
Je t'en remercie :)




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Site créé par Rémy Bigot.