Aller au contenu


Photo

[Pochette D'Album] Blood On The Dancefloor


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Emily

Emily

    Papiers, s'il vous plaît.

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPip
  • 5 641 messages
  • Lieu : Lyon

Posté 21 mars 2010 - 06:14

BLOOD ON THE DANCEFLOOR



Cette analyse a été rédigée il y a quelques années maintenant par un fan, et que notre michaeljack avait présentées sur un topic dès l'ouverture du forum en 2004.

Je la présente telle qu'elle, avec quelques petits commentaires de ma part.



-------------------------------------------------------------------------------


bloodonthedancefloorn.jpg

Cette pochette sortie en 1997 annonce la fin des temps, l'apocalypse, qui devait se produire selon toute vraisemblance en 1998 selon les témoins de Jéhovah. Cette illustration est l'interprétation personnelle que fait Michael Jackson d'Armageddon, le jour du jugement dernier, selon la prophétie de Saint Jean.

1) Au fond de la pochette, on peut distinguer comme de gros nuages, qui n'en sont pas en réalité. Il s'agit de la représentation des "colonnes de fumée" présentes lors du jugement dernier : C'est bel et bien une ville qui part en fumée en arrière plan, une ville complètement détruite le jour de la bataille d'Armageddon, du bien contre le mal.
"Armageddon" est le lieu symbolique de la guerre menée par les forces sataniques contre les croyants, à la fin des temps.

L'Armageddon de l'apocalypse correspond en réalité aux restes de la ville Antique de Megiddo en Israël, (en arabe "Tell el-Muteselllim"), située à l'est de Haïfa. Ce territoire était peuplé depuis le début de l'époque du Bronze et formait une zone intermédiaire entre les sphères d'influence Egyptienne et Syro-Babylonienne. Il a été à plusieurs reprises le théâtre de grandes batailles :
- L'armée de Thoutmès III y vainquit par exemple en 1478 avant Jésus Christ une coalition Syro- Palestinienne.
- En 621 avant Jésus Christ, Josias, Roi de Judée, essaya d'y arrêter les troupes du pharaon Necto qui se dirigeait vers Babylone, mais son armée essuya une défaite cuisante et il trouva lui-même la mort dans ce combat. Les ennemis de l'Egypte durent verser en pénitence cent demi quintaux d'argent et un demi quintal d'or.
Ces batailles impressionnèrent visiblement les auteurs de la Bible, à tel point qu'ils choisirent Megiddo-Armageddon comme lieu de la bataille eschatologique finale.

Michael fait référence à Armageddon dans Stranger in Moscow, parce qu'il comparait son état d'esprit à cette époque, véritable chaos de la fin du monde.

2) Le damier ou échiquier sur lequel Michael marche serait une représentation symbolique du combat du bien contre le mal, la lumière contre l'obscurité. Ce damier l'élève vers les cieux, parce que son combat à été mené à terme contre le mal, et lui permet donc de rejoindre les 144 000 autres témoins de Jéhovah, seuls élus survivants de la fin des temps. Il est possible de retrouver cet échiquier ou damier au dos du disque, celui là  même utilisé dans le court métrage Ghosts, non par hasard.

3) Le costume de Michael est de couleur bordeaux, la couleur du sang, sacré chez les témoins de Jéhovah, qui n'ont pas le droit d'avoir recours aux transfusions de peur d'être souillés par un sang impur. Le sang apparaît très souvent comme l'image fondamentale de la vie. Des étoffes de couleur proche (par exemple bordeaux ou ocre) sont ainsi utilisées pour indiquer la poursuite sans fin de l'existence.
Son point vengeur exprimerait que les êtres lui ayant fait du mal sur cette terre seront jugés le jour d'Armageddon, par Jéhovah. Il était enchainé dans le monde des hommes, sur terre, d'où les chaines à ses poignets. Mais ses chaînes étant brisées, plus rien ne peut l'empêcher d'accéder au paradis.
La chaine est au premier chef associée à l'idée d'esclavage, c'est à dire de défaite. (Le diable vaincu lors du jugement dernier, est représenté enchaîné dans l'iconographie Chrétienne.)
Mais les chaines qui retiennent Saint Pierre symbolisent au contraire (et c'est là  l'interprétation de Michael Jackson) l'intervention divine à laquelle le croyant attribue sa libération. La chaine rompue est aussi l'image de l'esclavage vaincu.

4) Une des choses les plus intéressantes à découvrir sur cette pochette est de comprendre pourquoi Michael se tient de cette façon étrange sur ce damier. Il mime un chiffre, le chiffre 7. Le chiffre qui revient de façon systématique dans la bible, mais aussi et surtout dans le nom de Jéhovah, qui s'écrit en hébreu 77T7. En Hébreu, le nom de Jéhovah comporte trois 7, mais avec des barres au milieu. Il faut également être attentif pour se rendre compte que le chiffre 7 est dessiné à l'extrémité d'une des colones de fumée de l'apocalypse, juste au dessus du mot "MIX". De manière générale, Le 7 est le nombre sacré le plus important (Dans les civilisations Orientales, il est plus important que le chiffre 3). Dans les littératures Sumérienne et Akkadienne, on trouve 7 démons réprésentés par 7 points qui apparaissent dans la constellation des pléïades. Chez les Juifs, le septenaire Oriental se manifeste dans le chandelier à 7 branches (la Ménorah) qui renvoie à la division de la révolution lunaire en 28 jours (4x7), ainsi qu'aux 7 planètes.

Dans l'Apocalypse selon Saint Jean (et c'est bien là  ce qui nous intéresse), le 7 représente de la même façon un élément structurant du texte (7 églises, 7 cornes de la bête, 7 coupes de la colère dans le livre à 7 sceaux. Une scène célèbre de l'ancien testament, fondée sur le septenaire, a trait également aux destructions accomplies grâce à la colère divine. 7 prêtres munis de 7 cornes de bélier firent le tour des remparts de Jéricho 6 jours durant. Le 7 jour, il tournèrent 7 fois autour de la ville. Rappelons aussi les 7 cercles de l'enfer et les 7 cercles du paradis de Dante. Il y avait 7 donts du Saint esprit, représentés à l'époque Gothique sous la forme de colombes. Il y a 7 vertues, 7 arts et sciences, 7 sacrements, 7 âges de la vie humaine, 7 péchés capitaux, 7 prières adressées au seigneur dans le notre père, 7 nuances dans l'arc en ciel, et 7 couleurs fondamentales.

5) Enfin, il faut noter que le chiffre 9 est imprimé au dos de la pochette de l'album en couleur blanche, alors que tous les autres chiffres sont imprimés en jaune. Cela n'a cependant aucun rapport avec la chanson numéro 9 du disque, il s'agirait simplement d'un "message" dissimulé. Le nombre 9, puissance carrée du nombre 3, fait partie des nombres les plus chargés de valeur symbolique. Il avait une grande importance dans la religion Egyptienne dont les systèmes divins étaient appelés Pesdjet (énnéades (9) ). Le nombre 9 est également un élément important du I-Ching, le livre des transformations) de l'ancienne Chine, ainsi que du Li-chi (le livre des rites), qui décrit les 9 cérémonies essentielles (confirmation de l'homme au mariage, audience, ambassade, enterrement, sacrifice, hospitalité, boisson et rites militaires). Sous la dynastie des Han, la cosmologie était aussi fondée sur le nombre 9 (il existait un royaume des morts aux 9 sources. Le 9eme jour du 9eme mois était la fête des hommes, du yang puissant. La terre comportait 9 provinces et 9 montagnes. Il existait 9 régions du ciel, etc... 8 Chemins se rejoignant en un centre constituaient le centre de Pékin. Les enfers quant à eux ont 9 cercles, le purgatoire à 9 stations, et le paradis se structure selon 9 sphères célèstes. Le chiffre 666, le signe de la bête se rattache également à la table des 9 : 74 X 9 = 666."

Analyse proposée par HBM
 

 

 

 

De cette réflexion, on peut se poser plusieurs questions:

- Cette référence de l'année 1998 comme année de l'Apocalypse pour Témoins de Jéhovah renverrait-elle au mystérieux signe avec lequel Michael signait parfois (un "1998" souligné d'une flèche et de trois points)?

- Quel est, au milieu des années 90 ses rapports avec la religion, avec les Témoins de Jéhovah? Michael semble être sorti de ce cercle longtemps auparavant, dès le début des années 80 pour s'orienter vers une foi plus universelle.

Mais alors pourquoi tant de signes en référence au jugement dernier selon Saint Jean? Le lien avec les témoins reste-il ténu mais solide, ou peut-on voir à travers ces signes une marque de défiance vis-à-vis d'eux?


Modifié par angele003, 06 mars 2014 - 19:55.
MàJ


Image IPB
We are the children of one father, if you're looking back don't bother, we are black and white America

Image IPB


#2 Sombre-Romance

Sombre-Romance

    In The Closet

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 1 309 messages

Posté 21 mars 2010 - 09:22

La recherche de deux fans ? Ouh ! Les vilaines personnes pas honnêtes.
Ce qui me fait rire, c'est que j'avais parlé des signes et des analyses des pochettes de Michael, notamment celle de HIStory (qui est, selon moi, l'une des plus importante), et bizarrement les réponses que j'avais étaient, disons-le, à titre moqueur.
C'est d'ailleurs avec ces pochettes qu'on peut se rendre compte que pour Off The Wall, Thriller et BAD, Michael ne s'est pas laissé aller à fond (cependant pour Destiny, Triumph et Victory il a eu plus de libertés).
Après ça, qu'on vienne pas me dire que Michael n'était pas profondément persuadé d'être un élu de/des Dieu/x.

Image IPB


#3 Emily

Emily

    Papiers, s'il vous plaît.

  • Membre
  • PipPipPipPipPipPip
  • 5 641 messages
  • Lieu : Lyon

Posté 21 mars 2010 - 17:51

Ces analyses se sont bien sûr basées sur des réflexions qu'ont fait d'autres personnes, etc. Mais ces personnes n'ont pas fait un copier-coller, elles se sont inspirées de recherches et de données communes pour rédiger leurs petits pavés.
Tu estimes que ton travail a été "pillé"? Personnellement, j'aimerais beaucoup dans ce cas que tu nous fasses part de tes analyses propres, et notamment sur HIStory, très lourde de messages.

Ce travail d'analyse est un travail très intéressant, et je suis plus que certaine qu'ici personne ne s'amusera à ironiser sur tes propos, étant donné qu'il s'agit d'un effort d'interprétation. Par contre, l'intérêt serait de pouvoir débattre dessus. :)

... Et d'accord avec ta dernière phrase, Michael endosse le rôle d'un Prophète.


Image IPB
We are the children of one father, if you're looking back don't bother, we are black and white America

Image IPB


#4 Philomele

Philomele

    Ben

  • Membre
  • Pip
  • 48 messages
  • Lieu : Pas là  où il faudrait

Posté 21 mars 2010 - 17:51

A la lecture de l'analyse de la pochette de Blood on the dance floor, j'ai bien tiqué sur les références aux témoins de Jéhovah (la note d'Emily souligne d'ailleurs cette question). Y faire référence pour y marquer une opposition, comme le propose Emily, pourquoi pas. Mais bon, je ne trouve pas le message très limpide du coup.

Donc, je me demande (et c'est peut être ce que sous-entend Sombre Romance) comment les auteurs de cette analyse ont procédé : existe t'il des explications officielles de cette illustration ? ou bien est-ce une interprétation uniquement personnelle ? (excusez mon ignorance).
Attention, je ne remets pas en cause ce travail très intéressant (je serais bien incapable d'en faire autant), c'est juste pour en savoir plus.


[...] c'est que j'avais parlé des signes et des analyses des pochettes de Michael, notamment celle de HIStory (qui est, selon moi, l'une des plus importante)

Si tu l'as toujours en stock, ton analyse, ça ferait plaisir de la lire.


Edit : la réponse d'Emily est arrivée entre temps.
NB : euh... je ne veux pas rentrer dans une polémique, hein. Ce n'est pas mon but. Mon ignorance est grande c'est tout. ;)

#5 Paul

Paul

    Beat It

  • Membre
  • PipPipPip
  • 338 messages

Posté 24 mars 2011 - 15:04

J'ai toujours détesté la tête qu'il fait sur cette pochette en tout cas. :huh:




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Site fondé par Rémy Bigot.